•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de limites de vitesse sur des bacs de recyclage, prévient Bonnardel

Deux jeunes filles circulent à pied dans une rue de Stoneham à proximité d'un bac de recyclage sur lequel se trouve un autocollant indiquant une vitesse maximale de 40 km/h.

Deux parents de Stoneham ont commercialisé des autocollants indiquant la limite de vitesse pour conscientiser les automobilistes.

Photo : Radio-Canada

Carl Marchand
Pascal Poinlane

Pas question de laisser des citoyens dicter leur propre code de la route, clame le ministre des Transports, en réaction à une initiative de parents de Stoneham-et-Tewkesbury.

Gabrielle Labonté et Julien Allen ont mis en place un projet pilote dans leur rue. Des autocollants indiquant la limite de vitesse ont été apposés sur les bacs à ordure du voisinage.

S'il comprend leur frustration, François Bonnardel les intime de cesser l'affichage.

« Ça n'aurait aucun sens si je laissais ça aller un peu partout au Québec. Les citoyens peuvent se plaindre à la Municipalité. On va travailler avec eux [au] MTQ [ministère des Transports du Québec] pour trouver des façons de sécuriser le réseau municipal et [le] réseau secondaire s'il le faut », soutient M. Bonnardel.

Pas de limites de vitesse sur des bacs de recyclage, prévient Bonnardel

Ils doivent comprendre qu'on ne peut pas les laisser eux-mêmes dicter leur propre code sur le réseau routier.

François Bonnardel, ministre des Transports

Depuis 2015, la limite de vitesse est réduite à 40 km/h dans les quartiers résidentiels de Stoneham-et-Tewkesbury. Mais plusieurs conducteurs ont toujours le pied pesant, déplorent les parents.

On habite dans une rue où il y a une pente. Par défaut, les gens sont tentés d'accélérer. On voulait régler ça, et on s'est aperçus qu'on n'était pas les seuls à avoir ce problème-là, expliquait Julien Allen.

Des pancartes de vitesse sur des bacs à ordures : Gabrielle Labonté explique l'idée.

Avec l'arrivée des enfants, les sorties se sont multipliées, ajoute Gabrielle Labonté. La problématique nous touche depuis longtemps, mais encore plus depuis les dernières années.

Quand on est arrivés ici, on a demandé un panneau dans la rue. Ils l'ont mis, mais les gens continuaient d'aller vite.

Gabrielle Labonté

De fil en aiguille, le couple en est arrivé à une solution simple : des autocollants réfléchissants qui s'apposeront facilement sur des bacs à ordure.

On s'est rendu compte que ce ne sont pas les villes qu'il faut mobiliser. Ce sont les citoyens eux-mêmes, illustre Mme Labonté.

Avec l'accord de la Ville, le couple a lancé un projet pilote à ses frais sur la rue où la famille demeure.

C'est un bon aide-mémoire. Ça conscientise les gens, affirme un voisin, Philippe Sauriol, qui n'a pas hésité à apposer l'autocollant. En plus, insiste le père de deux jumelles, le rappel se fait chaque semaine, les jours de collecte.

Quand les bacs sont là, je remarque que le monde a une tendance à ralentir.

Leur entreprise Affichage 4A imprime aussi d'autres autocollants qui visent la prévention, dont : Zone de jeu, Attention à nos enfants et Ralentissez.

Une affiche de limite de vitesse apposée sur un bac à ordure roulant.

Gabrielle Labonté et Julien Allen ont mis en place un projet pilote dans leur rue avec l'accord de la Ville de Stoneham-et-Tewkesbury.

Photo : Radio-Canada

Le projet doit cesser, somme le MTQ

Or, l'initiative ne répond pas aux règles, estime le ministère des Transports du Québec, qui refuse d'accorder une entrevue sur le sujet.

Dans un courriel, le MTQ indique que les articles 289 et 306 du Code de la sécurité routière ne sont pas respectés et que le projet doit être abandonné.

Article 306

Sur les chemins publics et en bordure de ceux-ci sont interdits, lorsqu’ils sont visibles, les dispositifs, la publicité et les enseignes qui comportent la reproduction d’un signal routier visé par des normes édictées par le ministre en vertu de l’article 289 [...]

Le ministre des Transports peut, par règlement, prévoir des exceptions à l’interdiction prévue au premier alinéa.

Source : Code de la sécurité routière

Les dimensions des pancartes de limites de vitesse sont normalisées, et il est interdit de les reproduire ou de les imiter.

La Ville de Stoneham-et-Tewkesbury a elle aussi décliné les demandes d'entrevue après avoir été contactée par le ministère.

S'il faut s'ajuster pour que ça fonctionne, on va le faire. On est très ouverts. Il faudrait que le MTQ nous appelle, conclut M. Allen.

Avec les informations de Pascal Poinlane

Québec

Prévention et sécurité