•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vivre du stress durant la grossesse marquerait les gènes du foetus

Une femme enceinte devant un coucher de soleil.

Le stress prénatal subi par la mère peut influencer le développement de son fœtus, selon une étude.

Photo : Getty Images / Rostislav Sedlacek

Geneviève Lasalle

L’exposition prénatale au stress augmente la vulnérabilité aux troubles anxieux plus tard dans la vie, selon une étude internationale à laquelle a pris part une chercheuse de l’Université Simon Fraser.

Nadine Provençal et une quinzaine de chercheurs de l'Institut de psychiatrie Max Planck en Allemagne ont exposé des neurones humains à des niveaux élevés d'hormones de stress et ont observé des marques épigénétiques sur leurs gènes qui subsistent même après l'élimination des hormones de stress.

Le stress prénatal subi par la mère pendant la grossesse a non seulement un impact sur sa santé, mais peut également affecter le développement de son fœtus.

Nadine Provençal, professeure à l'Université Simon Fraser

Mémoire cellulaire

Ces modifications épigénétiques semblent agir comme une forme de mémoire cellulaire, disent les chercheurs, ce qui amène les neurones matures à être encore plus sensibles au stress futur. De plus, cette mémoire affectera la façon dont la personne réagira à une exposition au stress plus tard dans la vie.

Ça signifie que nos cellules se rappellent du stress vécu précédemment et de leur réaction à ce stress, nos cellules et notre organisme deviennent ainsi plus réactifs à un stress plus tard dans la vie.

Réversibles

Nadine Provençal dit que les marques peuvent « rester silencieuses » s’il n’y a pas d'exposition subséquente au stress, ce qui laisse entendre qu'elles s'effaceront s’il n’y a pas d’autre exposition au stress.

On sait qu’une plus grande sensibilité au stress au cours de l’enfance et de l'adolescence, mais aussi à l’âge adulte, est un facteur de risque important de troubles psychiatriques.

La période prénatale étant l'une des périodes les plus dynamiques et les plus sensibles de la vie d'une personne, elle recommande aux femmes qui vivent du stress lors de leur grossesse d'aller chercher l'aide clinique dont elles ont besoin.

Avec les informations de l'émission Boulevard du Pacifique

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Recherche médicale