•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un syndicat demande plus de sécurité dans les chantiers routiers

Une femme en habit de sécurité tient un drapeau orange et donne des indications avec sa main.

Une signaleuse routière donne des indications sur un chantier.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Centrale des syndicats démocratiques (CSD) demande au ministre des Transports d’améliorer les mesures de protection des travailleurs sur les chantiers routiers, notamment en raison de la hausse des accidents dans les zones de chantier l’an dernier.

La CSD voudrait notamment que les chantiers actifs soient clairement indiqués.

Selon le président de la CSD Construction, à force de traverser des chantiers inactifs, certains automobilistes deviennent impatients et perdent l’habitude de ralentir suffisamment dans les zones de chantiers. Ce qui, bien sûr, augmente le risque pour les travailleurs sur les chantiers actifs.

Avec les nouveaux moyens technologiques, la CSD croit qu’il serait facilement envisageable de bien afficher les chantiers actifs et ceux qui ne le sont pas.

Présentement, la seule protection que les travailleurs ont entre les voitures et les travaux, c’est un cône! Ça n’a pas de bon sens!

Card Dufour, président CSD Construction

La CSD propose des moyens concrets pour améliorer la sécurité des travailleurs.

[Pour] les chantiers de plus de 24 h, on pourrait avoir des murets de béton partout pour protéger les travailleurs, indique Carl Dufour, président CSD Construction.

M. Dufour propose également l’installation de radars photo dans les chantiers routiers.

Ce que l’on voudrait pour faire ralentir le trafic, [...] ce serait un photo radar sur tous les chantiers routiers. Quand on voit un photo radar, c’est simple, on ralentit. […] Pas une trappe à tickets, vraiment que ce soit bien indiqué pour dire au monde ralentissez pour protéger les travailleurs, propose-t-il.

Des accidents inquiétants

En 2018, trois travailleurs sur les chantiers routiers ont perdu la vie à la suite d’un accident impliquant un véhicule en mouvement.

De 2014 à 2017, il y en a eu un seul décès selon les chiffres de la SAAQ.

Le nombre de travailleurs blessés dans des accidents dans les zones de chantiers est aussi en hausse.

En 2018, ce sont 28 travailleurs qui ont été blessés, alors que de 2014 à 2018, la moyenne était de 15 par année.

La Sûreté du Québec appelle à la prudence et surveille régulièrement le comportement des automobilistes dans les zones de chantier. Souvent, les voies de circulation sont plus restreintes, il peut y avoir des obstacles sur la chaussée, il peut y avoir des bris au niveau de la chaussée. Il faut être vigilant en tout temps lorsque les gens circulent dans ces secteurs-là. Et il faut aussi rappeler aux gens que les amendes au niveau de la vitesse sont aussi doublées lorsqu’on passe dans les zones de travaux routiers, explique Claude Doiron, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Le sergent Claude Doiron,agent d'information à la Sûreté du Québec

Le sergent Claude Doiron, agent d'information à la Sûreté du Québec

Photo : Radio-Canada

Une attachée du ministre des Transports, François Bonnardel, indique qu’il est trop tôt pour s'avancer sur les demandes du syndicat. Elle rappelle par ailleurs que le MTQ a un plan d'action pour améliorer la sécurité sur les chantiers.

Avec les informations de François Robert

Côte-Nord

Accident de la route