•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un accident met en évidence les failles du réseau cellulaire dans l’Est-du-Québec

Une antenne de téléphonie cellulaire.

Pourtant considéré comme essentiel, l'accès au réseau cellulaire fait encore défaut dans plusieurs municipalités rurales.

Photo : Radio-Canada / Philippe Moulier

Radio-Canada

Un accident de la route rappelle une nouvelle fois que plusieurs secteurs de l'Est-du-Québec ne sont toujours pas desservis par le réseau cellulaire. Cette fois, c'est une collision survenue dimanche soir entre une moto et un orignal, sur le chemin de la Coulée-Carrier, à Sainte-Paule, qui a remis le problème en évidence.

Dave Bérubé, un résident de Matane, est arrivé le premier sur les lieux. Il a d'abord aperçu l’orignal sur le côté de la route, puis le conducteur de la moto et sa passagère, visiblement en détresse.

Il a tout de suite appelé le 911, à 20 h 16, et n’a réussi à parler avec un agent que pendant quelques secondes avant que la communication ne soit rompue.

Il a donc dû laisser les deux victimes seules pour se rendre à 3 kilomètres de là et rappeler les secours.

Un camion lourd sur la route.

Le chemin de la Coulée-Carrier, à Sainte-Paule

Photo : Radio-Canada

La police a été alertée à 20 h 26, 10 minutes plus tard.

Dave Bérubé est revenu sur les lieux après son appel. Il affirme que plusieurs personnes s'étaient arrêtées depuis son départ et qu'aucune d'entre elles n'avait été en mesure de joindre les secours.

Route et pancarte annonçant la présence de cervidés.

Tout en courbes et en côtes, le chemin de la Coulée-Carrier, à Sainte-Paule, est aussi risqué en raison de la présence de chevreuils et d'orignaux.

Photo : Radio-Canada

La Sûreté du Québec (SQ) se dit consciente du problème, mais impuissante devant le manque de couverture dans ce secteur, explique le porte-parole Claude Doiron.

C'est sûr qu'on comprend que c'est un secteur où le réseau cellulaire n'est pas nécessairement à son meilleur, admet-il. On ne peut pas y faire grand-chose. Nous, quand on se déplace, c'est parce que les gens réussissent à nous rejoindre via d'autres automobilistes qui circulent dans le secteur, qui vont se rendre un peu plus loin pour être capables de [faire] un appel pour venir en aide à ces gens-là. Dans d'autres occasions, ce sont nos policiers, dans le cadre de leurs patrouilles, qui vont arriver [sur les lieux d'un accident] par pur hasard.

Heureusement, dans le cas de l’accident de Sainte-Paule, les deux blessés s'en sont sortis vivants, malgré de multiples fractures, selon la SQ.

Dangereux, selon Pascal Bérubé

L’accident ramène de l'avant le manque de couverture cellulaire dans des municipalités rurales, où un plan de développement de la téléphonie cellulaire est toujours attendu.

Pascal Bérubé se trouve devant un ordinateur et il répond à des questions d'un journaliste.

Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia et chef parlementaire du Parti québécois

Photo : Radio-Canada

La situation inquiète le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, qui défend ce dossier depuis plusieurs années maintenant. Selon lui, la route qui relie Sainte-Paule à Sayabec est particulièrement dangereuse.

C'est une démonstration sinistre de la nécessité d'avoir une téléphonie cellulaire partout. Ça envoie une bien mauvaise image de notre région.

Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia

Telus prête à agir, mais avec le gouvernement

À la suite d’une discussion avec une représentante de Telus, Pascal Bérubé rapporte que l'entreprise serait prête à brancher toutes les communautés, mais avec une aide financière de Québec.

Dans un grand champ enneigé, une affiche sur laquelle il est inscrit : Nous avons besoin du cellulaire pour notre développement

Une affiche installée à Saint-Mathieu-de-Rioux pour réclamer un réseau cellulaire étendu dans cette zone du Bas-Saint-Laurent. (archives)

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Les compagnies n’ont aucun intérêt à desservir nos régions tant qu'elles ne sont pas financées pour le faire. Ça, c'est la réalité, expose le député. Alors maintenant qu'on connaît leur position, est-ce que le gouvernement du Québec est prêt à être partenaire? Nous, les élus au provincial et au municipal, on a fait nos devoirs. Moi j'ai demandé par exemple, dans le cas d’Amqui et Matane, combien coûterait juste ce tronçon-là, alors croyez-moi on va aller plaider pour avoir le financement et le régler une fois pour toutes.

Le député déplore par ailleurs que le branchement au réseau Internet haute vitesse pour ces mêmes municipalités ait été promis dans une échéance rapprochée, mais que cette échéance ait récemment été repoussée à 2026.

En effet, la ministre responsable de la région, Marie-Ève Proulx, a indiqué en novembre dernier qu'elle souhaitait brancher toutes les communautés du Québec à la téléphonie cellulaire d'ici cinq ans.

D'après les informations de Catherine Poisson

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Prévention et sécurité