•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des parents exaspérés par le manque de places en garderie dans la région Sea-to-Sky

Deux mères jouent dans un parc avec leurs enfants.

.

Photo : Radio-Canada / Jacy Schindel

Radio-Canada

De nombreux parents cherchent désespérément des places en garderie pour leurs enfants dans la région Sea-to-Sky, qui s’étend de Horseshoe Bay à Pemberton, en Colombie-Britannique.

Elliott Hashimoto a ainsi passé 18 heures sous la pluie à faire la file avec des dizaines d'autres parents, dont certains étaient équipés de tentes et de bâches, pour obtenir l'une des 54 places disponibles à Kids on the Go, une garderie relativement abordable de la municipalité de Whistler.

Les gens considèrent Whistler et Squamish comme des quartiers riches, et nous sommes laissés pour compte, dit le père d’un garçon de 5 ans.

Des gens font la file dans la nuit, sous la pluie.

.

Photo : Offerte par Elliott Hashimoto

La région compte plus de 5000 enfants et seulement 1100 places en garderie, selon Suzie Soman, qui travaille au centre communautaire Sea-to-Sky Community Services.

Le coût de la vie élevé, les bas salaires des professionnels de la petite enfance, le taux de natalité en croissance sont autant de facteurs qui aggravent la situation, qui n'est pas unique à la région.

D'après la régie de la santé Vancouver Coastal, Squamish et Whistler ont connu la croissance la plus rapide en Colombie-Britannique au cours de la dernière décennie. Le nombre annuel de bébés nés à l'hôpital local a même considérablement augmenté depuis 2013.

Je déteste vivre à Squamish

Deux mères avec leurs enfants dans un parc.

.

Photo : Radio-Canada / Jacy Schindel

Ashley Bewsky a une fille de 14 mois, Kinley. À quelques mois de la fin de son congé de maternité, elle n’a toujours pas trouvé de place en garderie et craint de devoir quitter son travail. Nous passerons à un seul revenu, je suppose, déplore-t-elle. Je suis à un point où je déteste vivre à Squamish.

Alex Hammond, une assistante sociale, considère qu'elle a de la chance d'avoir trouvé une place dans une garderie pour sa fille de 10 mois, Reese. Or, l'établissement n'a pas de permis et elle préférerait que son enfant soit prise en charge par des gens agréés.

Fermetures

La situation s’est aggravée récemment après la fermeture, en juillet, de Bee Haven Childcare, un établissement privé à Squamish, ce qui a entraîné la perte de 26 places. Plus de 200 enfants figuraient sur sa liste d'attente.

Suzie Soman dit que trois établissements de garderie gérés par des familles ont également fermé leurs portes au cours des six derniers mois, ce qui a entraîné la perte de 21 places.

Nouveaux espaces à venir

Un responsable du district scolaire Sea-to-Sky affirme que deux nouvelles garderies seront mises en place grâce à des subventions du gouvernement provincial. Ensemble, elles ajouteront 12 espaces pour bébés et tout-petits et plus de 40 espaces pour les enfants d’âge préscolaire.

Le gouvernement provincial a fait de la garde d'enfants à 10 $ par jour une promesse électorale clé en 2017.

Dans un communiqué, le ministère du Développement de l'enfant et de la Famille a rappelé qu'il augmentait les salaires des éducateurs de la petite enfance et accordait des subventions aux communautés afin qu'elles puissent étudier et créer de nouvelles possibilités de garde d'enfants.

Avec les informations Liam Britten

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Enfance