•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alex Harvey aux Championnats du monde... de vélo de montagne

Alex Harvey rit en conférence de presse.

À la retraite depuis mars, Alex Harvey n'aura pas été capable de rester loin de la compétition bien longtemps.

Photo : Radio-Canada

Guillaume Piedboeuf

Alex Harvey n’aura pas été capable de rester loin de la compétition internationale très longtemps.

Le retraité du ski de fond reviendra à ses anciennes amours vendredi en prenant part aux Championnats du monde des maîtres de vélo de montagne, à deux pas de son domicile, au mont Sainte-Anne.

C'est la surprise que l'organisation de l'événement réservait pour le public à la veille de onze jours de compétition au mont Sainte-Anne.

L’athlète chouchou de la région, Alex Harvey, a décidé d’ajouter son nom à ceux des quelque 2000 athlètes de 57 pays qui s’élanceront dans les pistes de la station d’ici au 1er septembre.

L’idée trottait dans la tête d’Harvey depuis un moment. Son père, Pierre, était déjà inscrit aux Championnats des maîtres dans son groupe d’âge. Mais ce n’est qu’après avoir croisé au mont Sainte-Anne le cofondateur de Gestev, Patrice Drouin, il y a une dizaine de jours, que le nouveau retraité s’est laissé convaincre.

Je menais deux carrières en parallèle jusqu’à l’âge de 17 ou 18 ans et j’ai longtemps hésité entre les deux sports. Le vélo est toujours resté partie prenante de mon entraînement durant l’été. J’amenais même mon vélo dans les camps d’entraînement, a rappelé l’athlète de 30 ans, l’âge minimum pour participer aux Championnats des maîtres.

Gagné et Harvey se retrouvent

On aurait pu se croire 15 ans en arrière, mardi matin, lors de la conférence de presse de lancement des Mondiaux au cours de laquelle Alex Harvey et Raphaël Gagné se sont succédé au micro.

Les deux étaient coéquipiers dans l’équipe canadienne junior aux Championnats du monde de vélo de montagne de 2005 à Livigno, en Italie. Puis, Harvey a décidé de se concentrer sur le ski de fond, et leurs destins se sont séparés.

Raphaël Gagné a terminé au 66e rang lors de la coupe du monde de Stellenbosch, en Afrique du Sud le 10 mars dernier.

Raphaël Gagné (archives)

Photo : ECO Promotion / Sebastian Sternemann

J’ai suivi la carrière de Raphaël par la suite et il a suivi la mienne. Ça fait spécial de tous deux représenter à nouveau le pays en vélo de montagne. Mais moi, c'est juste l’entrée. Lui, ça va être le plat principal, a lancé Alex Harvey.

L’avantage d’être à la maison

C’est qu’à 32 ans, Raphaël Gagné est pour sa part encore loin de joindre le circuit des maîtres. L’un des sept membres de l’équipe canadienne de cross-country aux Mondiaux, le cycliste de Québec espère représenter le pays pour une deuxième fois aux Jeux olympiques, l’été prochain, à Tokyo. Une bonne performance au mont Sainte-Anne aiderait sa cause.

Ce sont des Championnats du monde à la maison sur un terrain que je connais bien. C’est excitant, a avoué le champion panaméricain en titre.

Puis il y a aussi l’avantage de la foule. Il y a des athlètes qui disent que ça ne les affecte pas, mais d’avoir toute cette énergie positive, moi, personnellement, j’adore la sensation.

Une sensation que Raphaël Gagné connaît bien puisqu’il participe à la Coupe du monde du mont Sainte-Anne chaque année depuis plus d’une décennie. II était aussi des derniers Championnats du monde présentés à la station, en 2010.

Et j’étais là comme spectateur en 1998, a-t-il ajouté au sujet de la toute première présentation des Mondiaux à Québec.

Plus gros que jamais

Mais l’événement présenté il y a 21 ans n’a plus rien à voir avec celui qui débarque à Québec cette semaine, assure la vice-présidente de Gestev, Chantal Lachance. Surtout que les Championnats des maîtres ne sont généralement pas présentés dans la même ville que les Mondiaux.

Ajoutez à cela les premiers Championnats du monde de vélo électrique, aussi présentés au mont Sainte-Anne, et vous vous retrouvez avec un événement monstre.

C’est vraiment plus gros que les deux dernières fois qu’on avait reçu les Championnats du monde. On peut clairement dire que c’est l’événement de vélo de montagne le plus important de l’histoire du Canada et même de l’Amérique du Nord.

Québec

Vélo de montagne