•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jack Letts, alias « Jihadi Jack », veut venir au Canada

Jack Letts pose sur une photo.

Jack Letts, un Canadien d'origine britannique détenu dans une prison kurde de Syrie.

Photo : Radio-Canada / Facebook

Radio-Canada

Après avoir été déchu de sa citoyenneté britannique, Jack Letts demande l'aide du Canada, dont il est aussi citoyen, pour le sortir de la prison où il est détenu depuis plus de deux ans en Syrie.

« J'ai toujours senti que j'étais un mélange. Et je suis allé au Canada sept fois et j'y ai passé beaucoup de temps », a déclaré M. Letts, 24 ans, dans une interview exclusive accordée à ITV News lundi, une chaîne britannique. « Toute ma famille est canadienne. »

« Je me suis toujours attendu à ce que le Canada m'aide et il ne l'a pas fait. J'espère que le Canada me sortira d'ici s'il le peut », a-t-il ajouté.

Jack Letts est détenu dans une prison de Qamichli, dans le nord de la Syrie, depuis plus de deux ans.

Converti à la religion musulmane, M. Letts, qui a grandi à Oxford, au Royaume-Uni, avait rejoint les combattants de l'État islamique en Irak et en Syrie en 2014. Il a été capturé par la milice kurde YPG après s'être échappé de Raqqa, peu avant sa chute.

La chose la plus stupide qui soit

Le jeune homme clame qu'il n'est pas un meurtrier ni un tortionnaire, et qu'aller en Syrie « était probablement la chose la plus stupide qui soit ».

En fin de semaine, le Royaume-Uni a révoqué la citoyenneté de Jack Letts, qui est également citoyen canadien.

En apprenant la nouvelle, le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, s'est dit déçu que le Royaume-Uni ait pris cette mesure unilatérale pour se décharger de ses responsabilités.

Une seule destination

M. Letts demande maintenant à être accueilli au Canada après avoir réclamé, en vain, l'aide du Royaume-Uni sur les ondes de la chaîne britannique ITV News en février dernier.

« Je me sens Britannique, je suis Britannique. Mon père est Canadien, disait-il alors. Si le Royaume-Uni m'acceptait, je retournerais au Royaume-Uni, c'est chez moi, mais je ne pense pas que ça va arriver. »

M. Letts a déclaré qu'il a appris la révocation de sa citoyenneté britannique par l'entremise d'ITV News, lundi.

Je ne suis pas surpris. Pour être honnête, je m'attendais à quelque chose comme ça, admet-il.

Trudeau ne dit rien, Scheer « ne lèvera pas le petit doigt »

Lorsqu'on a demandé lundi au premier ministre si M. Letts serait autorisé à venir au Canada, Justin Trudeau n'a pas répondu, disant seulement que le gouvernement continue de reconnaître que c'est un crime de voyager dans le but de participer à des activités terroristes.

Le chef conservateur Andrew Scheer a déclaré que M. Letts devrait rester enfermé et que son parti n'interviendrait pas s'il remportait les élections fédérales d'octobre.

Jihadi Jack est actuellement en prison et c'est là qu'il devrait rester. Un gouvernement conservateur sous ma direction ne lèvera pas le petit doigt pour le ramener au Canada.

Andrew Scheer

Selon le père de M. Letts, John Letts, qui est originaire du sud de l'Ontario mais qui vit à Oxford, les Kurdes ont exprimé l'an dernier leur volonté de remettre son fils aux autorités canadiennes. Il a fait savoir qu'Affaires mondiales Canada avait dans un premier temps indiqué à la famille que le ministère travaillait pour faire libérer Jack, mais a ajouté que celui-ci y a renoncé, jugeant l'opération périlleuse.

Avec les informations de CBC

Terrorisme

International