•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Route de l'Église : dialogue de sourds entre la Ville et les commerçants

Des travaux de réfection sur la route de l'Église à Québec en août 2019

Les commerçants de la route de l'Église rejettent les dernières propositions de la Ville de Québec

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Carl Marchand

Les commerçants de la route de l'Église n'en démordent pas : ils réclament toujours des compensations financières et rejettent la main tendue par la Ville de Québec.

Mardi, la Ville de Québec a notamment proposé la mise en place d'une Société de développement commercial.

Une campagne publicitaire de 30 000 dollars sera également lancée la semaine prochaine pour attirer les consommateurs.

Route de l'Église : les commerçants ne décolèrent pas

Or, c'est trop peu selon les commerçants, qui souhaitent une aide financière directe en raison des pertes subies lors des travaux de réfection de l'avenue commerciale.

On nous chante une belle berceuse pour qu'on s'endorme. Pour qu'au final, on ne soit pas écoutés, dénonce Bertrand de l'Épinay, directeur général du restaurant Portofino.

Des travaux sur la route de l'Église à Québec.

Le chantier de la route de l'Église doit prendre fin en décembre et les travaux de finition seront terminés au printemps 2020.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Le restaurateur estime que la campagne de publicité par la Ville est une bonne initiative, mais qu'elle arrive trop tard.

Ça ne sert strictement à rien. L'école va recommencer, le trafic va devenir de plus en plus dense. Les espaces de stationnement ne sont pas accessibles, insiste-t-il.

La Ville de Québec indique pour sa part qu'il est hors de question de fournir une aide financière directe ou d'accorder un gel de taxes.

On a accompagné nos commerçants sur d'autres rues commerciales et on souhaite faire la même chose avec nos commerçants de la route de l'Église, indique la vice-présidente du comité exécutif, Marie-Josée Savard.

Ce n'est pas une compensation de gel de taxes ou financière directement, mais c'est une compensation pour nos commerçants, parce qu'on les aime beaucoup, parce qu'on veut les soutenir, ajoute-t-elle.

Qu'en sera-t-il pour le tramway?

La Ville de Québec entend toutefois indemniser les commerçants qui seront touchés par les travaux de construction du réseau de tramway. Le chantier doit s'amorcer en 2022 pour se terminer en 2026.

Les derniers mois font tout de même craindre le pire pour Bertrand de l'Épinay.

J'espère que les 400, 500 commerçants qui vont subir les travaux du tramway vont avoir quelque chose. Nous autres, on a manqué le bateau, conclut-il.

Québec

Politique municipale