•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq premières stations de réparation pour les vélos à Gatineau

Des outils dans une borne de réparation de vélos.

Les cinq bicibornes sont mises en place le long des pistes cyclables les plus achalandées de la ville.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Tremblay

Radio-Canada

Les cyclistes de Gatineau pourront désormais rouler avec plus de quiétude avec l’installation de cinq « bicibornes », des stations de réparation de vélos en libre-service sur le territoire de la ville.

Les cyclistes pourront ainsi effectuer facilement la réparation de leur vélo ou encore ajuster la pression d'air de leurs pneus, peut-on lire dans un communiqué transmis par la Ville de Gatineau, mardi.

Les bornes équipées d'une pompe à air et de plusieurs outils permettant de faire des réparations rapides sont accessibles en tout temps le long de certains des axes cyclables les plus achalandés de la ville.

Les cyclistes trouveront ces bornes au Quai des artistes, à l'intersection de la rue Laurier et du boulevard des Allumettières, dans le parc Moussette, au centre sportif de Gatineau et dans le parc des Cèdres.

Un besoin exprimé par les cyclistes

L’installation de ces bornes de réparation répond à un besoin exprimé depuis plusieurs années par la communauté cycliste de Gatineau, selon la présidente de la Commission sur les transports, les déplacements et la sécurité, Audrey Bureau.

Mme Bureau a expliqué que le Plan directeur du réseau cyclable de la Ville de Gatineau prévoit l’installation de 10 autres stations de réparation au cours des prochaines années.

Deux personnes manipulent les outils de la biciborne.

Les cyclistes pourront utiliser les outils nécessaires pour réparer leur vélo.

Photo : Radio-Canada

On veut devenir une ville exemplaire en termes d’offre vélo, a expliqué le président du conseil municipal et conseiller du district du Versant, Daniel Champagne, en entrevue à Radio-Canada. On ne peut pas devenir une ville exemplaire si on n’offre pas les outils et infrastructures nécessaires aux cyclistes, a-t-il dit.

Un retour immense sur l’investissement

M. Champagne estime à environ 5000 le nombre de cyclistes empruntant les sentiers de Gatineau qui croiseront l’une ou l’autre de ces bornes le long de son chemin.

Daniel Champagne répond aux questions d'un journaliste à l'extérieur pendant l'été.

Le président du conseil municipal de la Ville de Gatineau et conseiller du district du Versant, Daniel Champagne.

Photo : Radio-Canada

Avec un coût par unité d’environ 2000 $, c’est un investissement qui n’est pas nécessairement majeur, mais il y a un retour immense sur l’investissement, a soutenu M. Champagne.

La pompe à air comprend notamment une tête intelligente qui s'adapte à tous les types de valves, explique la Ville. Des tournevis, des clés multiples ainsi qu'une paire de démonte-pneus sont fixés à la borne par des câbles antivol et mis à la disposition des cyclistes.

Par ailleurs, la Ville signale qu’elle réalisera des investissements de 30,5 M$ entre 2020 et 2024 pour construire 150 kilomètres de liens cyclables prioritaires.

Avec les informations de Raphaël Tremblay

Ottawa-Gatineau

Cyclisme