•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec subventionne une entreprise qui produit du plastique à usage unique

Une usine Eska vue de l'extérieur.

L'entreprise d'embouteillage d'eau Eska à Saint-Mathieu-d'Harricana

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

Piel Côté

L'entreprise d'embouteillage Eska, située à St-Mathieu d'Harricana, reçoit 225 000 $ de la part du gouvernement du Québec pour un projet de modernisation. Une subvention qui soulève des doutes sur le plan environnemental, alors que des groupes réclament depuis des mois l'interdiction des bouteilles en plastique à usage unique.

L'usine d'Eska effectue une modernisation complète du système de contrôle de son entrepôt. Les véhicules automatisés qui transportent les palettes de bouteilles d'eau seront également remplacés.

Un projet qui est évalué à 2,5 millions de dollars. Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation y injecte 225 000 $.

Un employé du garage municipal de St-Mathieu-d'Harricana, où la distrubution des caisses de bouteilles d'eau Eska.

Des palettes de bouteilles d'eau Eska. (archives)

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Pour le vice-président des opérations, Michel McArthur, il s'agit d'un projet qui permet d'entrevoir des perspectives de croissance supplémentaires.

Une très grosse signification pour la croissance chez Eska, confirme-t-il. Ça va nous aider à investir ailleurs, dans d'autres technologies et d'autres projets pour le futur.

Questionné à savoir si l'aide de Québec était essentielle dans ce projet, Michel McArthur répond que c'est une aide significative et que c'est un montant apprécié.

Plusieurs technologies étaient désuètes, ajoute M. McArthur, et ce changement aidera à améliorer la productivité.

Une subvention qui irrite Eau Secours

Cette subvention ne fait toutefois pas l'affaire de tous.

C'est une nouvelle tout à fait aberrante.

Alice-Anne Simard, directrice générale de l'organisme Eau Secours

L'organisme Eau Secours a pour mission de promouvoir la protection et la gestion responsable de l'eau. Sa directrice générale, Alice-Anne Simard, dénonce cette subvention avec vigueur.

Pour nous, il ne devrait pas y avoir de fonds publics engagés comme ça pour encourager une entreprise polluante et qui ne serviront même pas à créer des emplois, dit-elle.

En mars dernier, la Coalition Avenir Québec (CAQ) disait vouloir se positionner pour l'élimination progressive du plastique à usage unique. Le ministre de l'Agriculture, André Lamontagne, estime néanmoins que l'aide financière annoncée mardi matin n'est pas en contradiction avec la position de son parti.

Il y a des bouteilles qui sont sur le marché aujourd'hui qui ne sont pas conçues d'un bon plastique et qui ne sont pas recyclables. Je n'ai pas à défendre ce qui est utilisé sur le point technique, mais ce qui est utilisé aujourd'hui chez Eska comme produit pour embouteiller, c'est à la fine pointe de la technologie et du rendement environnemental, signifie-t-il.

Si on regarde le nouveau Guide alimentaire canadien, le premier produit que l'on recommande prendre, c'est de l’eau. Et cette entreprise est spécialisée dans la mise en marché et la production d'une eau unique qui provient de l'Abitibi-Témiscamingue, ajoute le ministre Lamontagne.

Lorsque Radio-Canada lui a fait remarquer qu'Eska, une entreprise américaine, utilisera cet argent pour moderniser ses équipements et robotiser davantage son entrepôt et non pas créer davantage d'emplois, M. Lamontagne répond que ça servira à consolider des emplois.

Par ailleurs, son collègue, le ministre de l'Environnement Benoît Charrette, devrait dévoiler cet automne une politique environnementale qui comportera un volet sur les bouteilles de plastique à usage unique.

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale