•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Devoir pourrait soutenir Le Soleil

Le journal Le Devoir est déposé sur le journal Le Soleil, dont on ne voit que le logo.

Le Devoir pourrait venir en aide au journal Le Soleil.

Photo : Radio-Canada / Fanny Samson

Radio-Canada

Le directeur du journal Le Devoir, Brian Myles, envisage différentes options pour venir en aide au journal Le Soleil, qui éprouve d'importantes difficultés.

Sur son compte Twitter, Brian Myles a affirmé lundi soir que le marché est intéressant à Québec pour le modèle d'affaires du quotidien montréalais.

La marque du Soleil a toujours conservé un lustre enviable. On étudie toutes les options avec nos partenaires, a-t-il écrit.

Toutefois, le directeur du journal ajoute qu'il est prématuré de formuler des hypothèses.

Il a précisé mardi qu'une alliance potentielle pourrait être envisagée si les données financières sont intéressantes. Quelle forme ça pourrait prendre? Je ne le sais pas encore.

Je ne vous dit pas qu’on achète Le Soleil, mais vaut mieux regarder comme il faut, parce qu’on pense que notre modèle fondé sur les abonnements peut fonctionner.

Brian Myles, directeur du Devoir

Brian Myles a aussi souligné l'importance de l'information régionale et de la diversité des voix.

Parmi les acheteurs potentiels figure Québecor, une importante entreprise médiatique. Plusieurs acteurs de l'industrie ont exprimé des craintes sur la concentration de la presse.

En plus du Soleil, l'entreprise possède également Le Quotidien, à Saguenay, La Voix de l'Est, à Granby, La Tribune, à Sherbrooke, Le Nouvelliste, à Trois-Rivières, et Le Droit, à Ottawa.

La diversité d'information « est primordiale »

Le président-directeur général du Groupe Capitales Médias, Claude Gagnon, voit d'un bon œil l'intérêt du Devoir pour le quotidien de Québec.

C’est une bonne façon de voir les choses de pouvoir intégrer un autre groupe, a-t-il dit en entrevue à Première heure, ajoutant que la diversité d'information est primordiale.

On ne fait pas ça pour se mettre plein d’argent dans les poches, on fait tout ça pour desservir une population qui en a vraiment besoin.

Claude Gagnon, PDG du Groupe Capitales Médias

Par contre, M. Gagnon croit que les six journaux du Groupe Capitales Médias devraient être vendus en bloc. Dans le modèle qu’on a mis en place au cours des dernières années, il y a énormément d'interaction entre chacune des divisions, donc le fait de vendre ça séparément, ça ne serait pas une très bonne chose, a-t-il dit.

Il a souligné que plusieurs contenus voyagent d'une région à l'autre et la division du groupe pourrait entraîner des coûts supplémentaires.

Je ne crois pas que chacun des journaux [peut] vivre isolé [...] des autres, je pense qu’on a besoin de plus en plus de l’effet de groupe.

Des discussions sont prévues dans les prochains jours entre la direction du Devoir et le Groupe Capitales Médias.

Avec les informations de La Presse canadienne

Québec

Économie