•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ouverture d’un nouveau refuge à Moncton est encore retardée

Le directeur général de la Maison Nazareth, Jean Dubé, s'adresse au conseil municipal de Moncton.

Le directeur général de la Maison Nazareth, Jean Dubé, fait le point sur le projet d'un 3e refuge pour sans-abri à Moncton lors de la réunion du conseil municipal de Moncton, lundi soir.

Photo : CBC/Shane Magee

Radio-Canada

Des obstacles imprévus reportent encore une fois l’ouverture d’un nouveau refuge pour sans-abri dans un ancien gymnase de la rue Albert, à Moncton.

Le refuge, le deuxième de la Maison Nazareth à Moncton, devait ouvrir le 1er août. Mais la Maison Nazareth demande maintenant des fonds additionnels des gouvernements pour couvrir des dépassements de coût.

Les gouvernements fédéral et provincial ont déjà contribué 480 000 $ à l’achat de la propriété, en mars dernier. Le coût total était de 775 000 $.

Nous nous sommes rendu compte que ce [projet] était plus gros que ce que nous anticipions, a déclaré le directeur général de la Maison Nazareth, Jean Dubé, devant le conseil municipal de Moncton, lundi soir. Il y a beaucoup de règlements que nous n’avions pas prévus.

Un montage de quatre photos qui montrent que le bâtiment est toujours en rénovation. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pour l'instant, le nouveau refuge pour sans-abri de Moncton est loin d'être prêt et des travaux sont encore nécessaires.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

Une exigence vient d’ailleurs de s’ajouter : le prévôt des incendies a sommé la Maison Nazareth de soumettre au gouvernement provincial des plans architecturaux du nouveau refuge.

Pour faire avancer le projet, l’organisation caritative a décidé de faire appel à des architectes et à un entrepreneur général.

Un édifice entouré d'un stationnement avec quelques voitures qui y sont garées.

La Maison Nazareth a acheté cet édifice du 75, rue Albert à Moncton pour y faire un troisième refuge pour sans-abri dans la région.

Photo : Radio-Canada / Shane Magee

Ouverture d'ici la fin de l'année

Le nouveau refuge devait ouvrir partiellement le 1er août, avec 120 lits, et complètement en novembre, avec quelques dizaines de lits additionnels. Jean Dubé parle maintenant d’une ouverture d’ici la fin de l’année.

Ce refuge doit pallier le manque de lits pour sans-abri dans la région de Moncton, une situation qui a contribué à l’apparition de campements de fortune à divers endroits, dont un situé dans la rue Albert.

Des tentes les unes à côté des autres avec le centre-ville de Moncton en arrière-plan

Quelques dizaines de sans-abri ont installé un campement de fortune au centre-ville de Moncton. La municipalité tolère leur présence, mais les a prévenus qu'ils devront déménager lorsque le nouveau refuge ouvrira.

Photo : Radio-Canada / Patrick Lacelle

Le comité directeur des sans-abri du Grand Moncton estime à 127 le nombre de personnes qui dorment en plein air à Moncton cet été. Les deux refuges existants hébergent quotidiennement de 40 à 50 personnes, ce qui s’approche de leur capacité d’accueil maximale.

Inquiétude pour les sans-abri

Une des membres de ce comité, Lisa Ryan, doute que le refuge de la rue Albert soit prêt avant la fin de l’automne ou le début de l’hiver. Elle s’inquiète du sort des sans-abri qui n’auront nulle part où aller lorsque les températures commenceront à chuter.

Mme Ryan a contribué à la gestion d’un refuge d’urgence temporaire l’hiver dernier, situé dans une ancienne station d’incendie du boulevard Assomption, à Moncton. Lorsque ce refuge a fermé en avril, il était entendu, selon elle, que le nouveau refuge permanent devait être prêt avant l’hiver.

Des lits de camps dans un refuge

Un refuge temporaire avait ouvert ses portes dans une ancienne caserne de pompiers, l'hiver dernier, à Moncton. Il a fermé en avril.

Photo : CBC

Le conseil municipal de Moncton devait se pencher, à sa réunion de lundi soir, sur une éventuelle aide financière à la Maison Nazareth, selon l’ordre du jour publié avant la rencontre. Ce point a toutefois été retiré de l’ordre du jour parce que la Ville n’avait pas reçu de demande formelle de l’organisation.

Jean Dubé a expliqué que la demande serait formulée dès que le conseil d’administration de la Maison Nazareth l’aura approuvée. Il n’a pas précisé la somme additionnelle que son organisation cherchera à obtenir des gouvernements.

Avec les informations de Shane Magee, Moncton

Nouveau-Brunswick

Politique municipale