•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le parc Willie-Bourassa-Auger ne sera pas vendu

Le parc Willie-Bourassa-Auger.

Le couple qui souhaitait acquérir le parc Willie-Bourassa-Auger pour y construire une résidence unifamiliale a retiré son offre d'achat.

Photo : Radio-Canada / Charles Beaudoin

Radio-Canada

Le parc Willie-Bourassa-Auger dans l'arrondissement de Brompton ne sera finalement pas vendu. Les acheteurs potentiels ont choisi de retirer leur offre d’achat.

En raison de « circonstances exceptionnelles », la Ville de Sherbrooke accepte de leur rembourser un dépôt de 9 140 $.

Je suis vraiment heureuse que les acheteurs aient pris cette décision-là, c'était la meilleure à prendre, s’est exclamée la conseillère municipale du district du Carrefour, Évelyne Beaudin. 

Il y avait beaucoup de gens du secteur qui ont découvert l’existence du parc et qui voulaient le protéger que des gens qui militent pour l'environnement à Sherbrooke qui ont été scandalisées d’apprendre que la Ville se départissait d’un terrain public en bordure de la rivière Saint-François, rappelle-t-elle.

Evelyne Beaudin se réjouit de la fin de cette « saga » et espère que la Ville investira pour réaménager le parc. C’est un beau message pour les gens. Quand on se mobilise, parfois on peut gagner, poursuit-elle.

De son côté, le maire de Sherbrooke Steve Lussier soutient que le processus s’est fait dans les règles de l’art. C’est ça la démocratie, ça s’est bien fait, par étapes, dit-il. 

Ce sera de voir dans le futur ce qu’on fera de cette parcelle-là. Oui, il y aura des investissements à faire.

Est-ce que le parc pourrait éventuellement être vendu? Pour l'instant je ne ferme la porte à rien, par contre, probablement qu’il ne sera pas vendu, conclut Steve Lussier.

Rappelons qu’en mai dernier, les élus avaient autorisé la vente du parc Willie-Bourassa-Auger à un couple qui projetait y construire une résidence unifamiliale. L’offre d’achat de 90 000$ était conditionnelle à la modification d’un règlement de zonage. S’en est suivi une grande mobilisation citoyenne.

En juillet, les acheteurs potentiels ont informé la Ville qu’ils souhaitent retirer leur offre, avant même la tenue d’un registre.

Estrie

Politique municipale