•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Conduite d’aqueduc : Rimouski opte pour l'expropriation

Un bris majeur de l'aqueduc de Rimouski

Le bris majeur d'aqueduc survenu pendant une tempête le 5 janvier 2018 (archives).

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Édith Drouin

La Ville de Rimouski a enclenché le processus d’expropriation du terrain d’un particulier pour construire une conduite d’aqueduc à grande capacité de près de 10 km.

Selon le maire de Rimouski, Marc Parent, il s'agit de la dernière servitude nécessaire pour construire la nouvelle conduite qui reliera le lac Desrosiers et le réservoir Lamontagne.

La construction d'une nouvelle conduite à grande capacité s'est révélée nécessaire à l'hiver 2018, lorsqu'un bris majeur a touché l'une des deux conduites d'eau principale de la Ville.

Le maire estime que l’importance de fournir une deuxième source d’approvisionnement en eau fiable aux citoyens de Rimouski justifie une expropriation.

C'est un des propriétaires qui a décidé de ne pas accepter l'offre qui a été acceptée par tous les autres propriétaires. [...] Compte tenu de l'incapacité d'en venir à une entente, on a procédé par expropriation.

Marc Parent, maire de Rimouski

La Ville a aussi conclu une entente avec le ministère des Transports pour être en mesure de faire des travaux sur des terrains lui appartenant.

En attendant, Rimouski doit aussi obtenir un certificat d’autorisation du ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques pour aller de l’avant avec les travaux.

M. Parent qualifie les délais du ministère d’excessifs et craint qu’ils retardent d’un an les travaux.

Bas-Saint-Laurent

Politique municipale