•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Refoulement d'égouts sur la rue Nobert : bien peu de réponses pour les sinistrés

Des têtes de dos, avant au centre Daniel Champagne, qui s'adresse à une foule.

Une vingtaine de résidents ont assisté à la rencontre tenue par le conseiller Daniel Champagne.

Photo : Radio-Canada / Matthew Kupfer

Radio-Canada

Près d’une trentaine de résidents de la rue Nobert, à Gatineau, estiment ne pas avoir obtenu toutes les réponses qu’ils espéraient à la suite d’une rencontre d’information organisée, lundi. Ces citoyens affectés par le refoulement d’égouts du 11 août dernier assistaient à une soirée organisée par le conseiller du quartier du Versant, Daniel Champagne.

Le conseiller a confirmé que c’est un problème d’accumulation sur une grille de protection du réseau d’égouts qui a causé le refoulement, mais il ne sait toujours pas qui en est responsable.

Dans certains cas c’est possible que la ville ait une part de responsabilité et pas dans l’autre, a affirmé Daniel Champagne. Donc c’est difficile de juger globalement d’une part de responsabilité, ce n’est pas mon objectif et ce n’est pas mon travail à moi de le faire, c’est le service juridique de la Ville qui va assurer cette responsabilité-là.

Mais les propos du conseiller n'ont pas réussi à rassurer les résidents. Zoé Lemieux et son conjoint Mario Vinet étaient en vacances à Mont-Tremblant lorsque le refoulement s’est produit. Le tiers de leur sous-sol a été recouvert d’environ trois centimètres d’eau et ils estiment les dommages entre 10 000 $ et 20 000 $.

On a vraiment l’impression vraiment que la ville essaye de s’en sauver, qui vont essayer de trouver des excuses. Ils veulent s’abstenir de donner trop de détails.

Zoé Lemieux, résidente de la rue Nobert

J’ai l’impression que c’est dans un recours collectif que ça va se terminer, a affirmé Mme Lemieux.

J’ai vraiment peur que ça continue à s’éterniser pour aller chercher des délais et mettre ça à l’avantage de la ville, affirme pour sa part M. Vinet.

Un sac à dos et d'autres objets - dont des matelas - dans des sacs de plastique ainsi qu'une petite table sont dans l'entrée d'une résidence.

Des résidents touchés par le refoulement d'égout ont sorti des objets et des meubles de leur sous-sol.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Julie Bergeron a quitté la rencontre quelques minutes avant la fin. Les trois quarts de son sous-sol ont été recouverts d’environ 2,5 cm, des dégâts évalués à 28 500 $, dont 25 000 $ seront couverts par les assurances.

C’est des réponses vagues et évasives, à partir de là on n’a pas vraiment eu plus d’informations, donc on est un petit peu perdu.

Julie Bergeron, résidente de la rue Nobert

J’espère là-dedans ne pas perdre de l’argent, souhaite Mme Bergeron.La différence entre l’assureur et ce que j’espère que la Ville va couvrir dans son ensemble c’est au moins 3 500$ plus le temps qu’on a mis parce qu’on a perdu des heures de travail pour ça, et on n’a pas eu de réponses à nos questions.

Plan rapproché d'un homme, avec un arrière-plan flou

Jonathan Choquette n'a pas obtenu toutes les réponses qu'il voulait, lundi soir.

Photo : Radio-Canada / Matthew Kupfer

Jonathan Choquette, pour sa part, se compte tout de même chanceux. L’eau s’est seulement infiltrée dans deux pièces de son sous-sol.

Ça nous a rassurés que notre conseiller prenne les devants, mais il y a beaucoup de questions qui restent ouvertes, estime M. Choquette. Ça nous inquiète au niveau de la responsabilité, parce qu’on n'a aucune idée qui est responsable et si ça peut se reproduire.

Moi je veux rassurer les citoyens, la situation qui s’est produite la semaine dernière est une situation ponctuelle, liée à un événement ponctuel aussi, a affirmé le conseiller Daniel Champagne au terme de la rencontre. Il n’y a pas d’indication actuellement qui nous porte à croire que cet événement-là pourrait se reproduire.

Le conseiller demande aux sinistrés de soumettre leur avis de réclamation rapidement à la Ville de Gatineau, qui a jusqu’à 60 jours pour soumettre les résultats de son enquête sur l’incident.

Ottawa-Gatineau

Infrastructures