•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La voie ferrée du REM sera recouverte en partie à Ville Mont-Royal

Le rail vu à travers le grillage d'une clôture.

La Ville de Mont-Royal avait demandé une structure de 1,5 kilomètre, mais c’est finalement un parc d'un peu moins de 150 mètres qui sera construit.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après des mois de critiques et de négociations avec la Ville de Mont-Royal, la filiale de la Caisse de dépôt responsable de la construction du Réseau express métropolitain (REM) accepte de recouvrir une partie de la voie ferrée qui sépare le centre-ville de la municipalité.

La Ville de Mont-Royal avait réclamé une structure de 1,5 kilomètre, mais c’est finalement un parc d'un peu moins de 150 mètres qui sera construit.

Le maire, Philippe Roy, voit toutefois le bon côté des choses : pour la première fois en 107 ans, l’est et l’ouest de la ville seront reliés à même le centre-ville.

« On avait proposé une vision sur 1,5 kilomètre. Aujourd'hui, on se réjouit, on en a une partie. C'est un premier pas, on ouvre la porte à la possibilité de recouvrir d'autres secteurs », a poursuivi le premier magistrat.

À la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ Infra), on ne peut toutefois pas dire s’il sera possible, dans un avenir rapproché, d'allonger la structure dalle-parc.

Notre priorité, c’est de livrer un système de transport collectif dans les délais qui nous ont été prescrits et les budgets qui nous ont été donnés, explique Harout Chitilian, le directeur exécutif aux Affaires corporatives et développement de CDPQ Infra.

« Quelle forme de projet d'aménagement pourra-t-on avoir dans 10, 15, 20 ans? C’est hors de notre contrôle à ce stade-ci », a-t-il ajouté.

Des citoyens partagés

Depuis l’annonce de sa création, le Réseau électrique métropolitain (REM) ne fait pas l’unanimité.

Des citoyens de Mont-Royal craignent que le passage des trains n'engendre de la pollution atmosphérique et sonore.

On aurait aimé que ça soit couvert pour la qualité de vie des résidents qui sont surtout près de la voie ferrée, explique une résidente.

« Nous, on a acheté ici pour la tranquillité. C'est une ville résidentielle, ce n’est pas une ville commerciale, ce n’est pas un parc industriel », a renchéri un autre citoyen.

Pour d’autres, c’est mieux que rien. L’idée d’un espace public où pourront converger les citoyens est bien accueillie.

Le nouveau parc sera construit grâce à l’aide de la Ville de Mont-Royal qui déboursera 6,5 millions de dollars.

Avec les informations de Jean-Sébastien Cloutier et Marc Verreault

Grand Montréal

Transport en commun