•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Couronne réclame 12 ans de pénitencier pour Normand Dubé

Normand Dubé.

Normand Dubé

Photo : Radio-Canada

Geneviève Garon

Normand Dubé a « franchi une ligne » extrêmement grave en s'attaquant à des fonctionnaires, et sa peine doit refléter la gravité d'une attaque envers les institutions. C'est ce qu'a plaidé la Couronne qui réclame 12 années de détention supplémentaires pour « le pilote de stars ». La défense suggère plutôt 18 mois d'incarcération.

On s'est attaqué à ces gens-là dans leur résidence à coups de cocktails Molotov, il ne faut pas l'oublier, a réitéré le procureur aux poursuites criminelles et pénales Steve Baribeau, en sortant de la salle d'audience, lundi, au palais de justice de Saint-Jérôme.

Il a suggéré au tribunal d'imposer une peine exemplaire de 12 ans de pénitencier à Normand Dubé, 57 ans.

Entre 2011 et 2014, Normand Dubé s'en est pris à deux employés de la Ville de Sainte-Anne-des-Plaines et à une fonctionnaire de l'Agence des services frontaliers du Canada. Son désir de se venger était hors de contrôle et ingérable, selon la poursuite.

Il s'est livré à du harcèlement et a commandé des incendies criminels à leur résidence ou dans leur voiture en réaction à des conflits d'une banalité hors du commun, liés par exemple à une contravention ou au rôle d'évaluation foncière.

C'est un comportement qui est intolérable au sein de notre société. Où va-t-on aller si toutes les personnes qui ne sont pas d'accord avec des décisions commencent à s'en prendre aux décideurs? Ce n'est pas une petite attaque.

Me Steve Baribeau, procureur aux poursuites criminelles et pénales

L'an dernier, Normand Dubé a été condamné à 7 ans de détention pour avoir saboté des lignes à haute tension d'Hydro-Québec avec son avion, également par vengeance. Son surnom de pilote de stars lui a été attribué pour avoir transporté plusieurs personnalités publiques.

18 mois, recommande la défense

La recommandation de la Couronne est exagérée , selon la défense. Une peine de 12 ans s'assimile à un homicide involontaire, a plaidé l'avocat de Normand Dubé, Maxime Chevalier, qui reproche au ministère public de diaboliser son client.

Oui, il a pété les plombs [...] mais il n'a pas voulu déstabiliser l'État, a-t-il soutenu, rappelant que les incendies criminels n'avaient pas fait de blessé.

La défense suggère une peine de 18 mois. Me Chevalier a affirmé que les dommages matériels causés par les incendies criminels étaient somme toute peu élevés et a minimisé les séquelles psychologiques des victimes.

Il a assuré que Normand Dubé pourrait un jour redevenir actif pour la société, d'autant plus que son risque de récidive a été évalué comme étant faible à court et moyen terme.

Une maison devenue une forteresse

La Couronne a déposé en preuve des lettres écrites par les victimes de Normand Dubé. L'urbaniste Christian Leclair relate avoir transformé sa résidence en véritable forteresse avec l'installation d'un système de caméras de surveillance, puisqu'il craint pour la sécurité de sa famille.

Constamment sur mes gardes, l'atmosphère familiale était devenue tendue. Lorsque nous ne dormions pas à la maison, je me réveillais la nuit pour surveiller la maison via le visionnement des caméras sur mon téléphone mobile.

Christian Leclair

Le juge Gilles Garneau, de la Cour du Québec, devrait rendre sa décision le 16 septembre. La semaine dernière, il a écarté la possibilité de faire déclarer Normand Dubé délinquant à contrôler.

Les deux parties suggèrent que Normand Dubé purge sa peine après celle écopée pour son crime contre Hydro-Québec.

L'accusé a porté en appel ses condamnations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Procès et poursuites