•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 2000 secousses souterraines en 8 jours dans la région de Victoria

Des points indiquant sur une carte l'emplacement des secousses sont concentrés au-dessus de la région de Victoria.

Depuis le 11 août 2019, les sismographes américains et canadiens ont enregistré 2041 secousses dans le détroit de Juan de Fuca et ses environs.

Photo : Pacific Northwest Seismic Network

Adrien Blanc

Le sud de l’île de Vancouver et le nord-ouest de l’État de Washington connaissent un pic d'activité sismique depuis une semaine. C'est le signe d'un stress d'une faille de 1000 km qui longe la côte Pacifique.

Une sismologue de Ressources naturelles Canada, Alison Bird, qui habite sur l’île de Vancouver, compare ces secousses de la zone de subduction de Cascadia à un séisme progressif, étendu et lent.

C’est comme un petit tremblement de terre qui dure longtemps.

Alison Bird, sismologue à Ressources naturelles Canada

La secousse la plus puissante, de magnitude 2,2, s’est produite le 18 août à 50 km au nord de Seattle, mais elle ne semble pas avoir été ressentie.

Les sismologues sont plus intéressés par l’accumulation des événements sismiques. Nous pensons que, peut-être, le mouvement ajoute un peu de stress à la zone de subduction où les mégaséismes se produisent, explique Alison Bird. Peut-être que, si ça se passe quand la zone a beaucoup de stress, cela peut causer le déclenchement d’un mégaséisme.

Le phénomène n’est cependant pas nouveau pour les sismologues. Dans la région de Victoria, les secousses accompagnées du glissement de quelques millimètres des plaques tectoniques se produisent tous les quatorze mois et demi et durent deux à trois semaines.

Cela rappelle qu’un tremblement de terre peut se passer maintenant, dans 5 minutes ou dans 5 ans. On ne sait pas quand, mais on doit être prêt.

Alison Bird, sismologue à Ressources naturelles Canada

Les sismologues s’appuient sur des GPS de haute précision et une multitude de sismographes pour cartographier l’apparition des secousses. Alison Bird pense qu’une meilleure connaissance du phénomène permettra aux scientifiques d’établir des normes antisismiques plus précises.

Colombie-Britannique et Yukon

Géologie