•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet de double baccalauréat en éducation reconnu en France et en Alberta

Une affiche identifiant le Campus Saint-Jean.

Selon le doyen du Campus Saint-Jean, une main-d’œuvre européenne qualifiée pourrait aider à combler la demande d'enseignants francophone en Alberta.

Photo : Radio-Canada / Jessica L'heureux

Radio-Canada

Le Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta pourrait offrir dès l’automne 2020 un double baccalauréat en éducation en partenariat avec des universités françaises, à Tours et à Grenoble.

Le diplôme serait reconnu de part et d’autre de l’Atlantique.

« Les écoles d’immersions françaises sont ici en croissance, mais ils manquent d’enseignants », constate Brigitte Proucelle, conseillère pour l’ambassade de France au Canada. La diplomate de passage à Edmonton estime que la France peut aider l’Alberta à relever ce défi.

Il y a des réservoirs importants en France d’enseignants, de jeunes gens diplômés en enseignement du français. Le double diplôme nous permettra à très moyen terme, à peine deux ou trois ans, de former des gens qui seront parfaitement compétents dans les deux systèmes pour l’enseignement du français.

Brigitte Proucelle, conseillère culture, éducation, sciences, ambassade de France au Canada

Le doyen du Campus Saint-Jean, Pierre-Yves Moquais voit d’un très bon œil ce projet : « Partout au Canada, le besoin d’enseignants francophones compétents et particulièrement en Alberta et en Colombie-Britannique. » Selon lui, cette main-d’œuvre européenne qualifiée pourrait combler une demande que « le financement actuel des gouvernements provinciaux ne parvient pas à remplir ».

L’entente formelle doit toujours être soumise à une signature officielle, prévue en novembre. D’ici là, plusieurs aspects doivent encore être précisé notamment le nombre d’étudiants qui sera admis.

La mouture du projet prévoit déjà un certain cadre. Les inscrits Européens étudieraient pendant un an sur le vieux continent, complétant à distance quelque cours offert en ligne par l’Université de l’Alberta, avant de faire le grand saut vers le Canada. Dans leur deuxième année d’étude, au Campus Saint-Jean, ils seraient familiarisés avec les particularités du système éducatif de l'Alberta et des enjeux propres à l’Ouest canadien comme les questions autochtones.

Au terme d’un stage de 13 semaines, ils obtiendraient à la fois un baccalauréat albertain en éducation et un master français équivalent avec la possibilité d’obtenir les accréditations qui s’y rattachent.

Alberta

Éducation