•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Le magasin général : quand les emplettes se mêlent à la jasette

Étagère avec vaisselle d'époque dans un magasin général.

Comptoir du Musée magasin général Lebrun à Maskinongé.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Au cœur des villages québécois se trouvait jadis le magasin général. Un endroit où les habitants pouvaient se procurer autant des outils que des denrées et où les conseils d'achat se mêlaient souvent aux nouvelles et aux commérages. La plupart de ces magasins sont aujourd'hui disparus, mais nos journalistes sont allés à la rencontre de ceux qui ont toujours pignon sur rue.

Au magasin général d’Upton – Travailler en rigolant

Le 13 avril 1996, à Simplement la vie, le réalisateur Marcel Collet entre dans l’univers du magasin général d’Upton, en Montérégie.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Simplement la vie, 13 avril 1996

Le propriétaire, Gérard Blanchard, discute avec une cliente et nous présente son bric-à-brac dans lequel il semble parfaitement se retrouver.

J’ai 84 ans, j’ai gardé ce commerce-là pour ma santé. Je suis toujours occupé!

Gérard Blanchard, propriétaire du magasin général d'Upton en 1996

Le magasin, qui existe depuis 1880, a changé de main et de vocation au fil des ans. En 1996, la camaraderie règne dans la boutique.

Dans le reportage tourné par l’équipe de Simplement la vie, des hommes discutent de tout et de rien autour du propriétaire du magasin qui répare une tondeuse à gazon. Les rires fusent à travers les histoires et les taquineries.

Je me suis fait un comptoir pour travailler en arrière, mais m’en aller là-bas quand les gars sont en train de bavasser ici, je n’aime pas ça. J’aime bien mieux m’asseoir ici pour jaser!

Propriétaire du magasin général Upton en 1996

Gérard Blanchard est décédé en 2001. Il a tenu son commerce jusqu'à ses 90 ans.

Au magasin général de Saint-Armand – Aimer rendre service

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

l’Épicerie, 16 juin 2004

Le 16 juin 2004 à L'épicerie, le journaliste François Dallaire se rend en Estrie visiter le magasin général de Saint-Armand.

Quand on travaille dans un magasin général, on apprend quelque chose tous les jours. Moi je travaille avec les plombiers, les électriciens, les "bisonneux" les "patenteux de génie", les gars qui bricolent le dimanche.

Sylvie Benoît, fille du propriétaire

Le reporter demande à la vendeuse de lui faire faire le tour de magasin. Nous allons des compotes maison aux chemises de chasse en passant par les courroies, les vis et les écrous pour terminer avec la viande et les œufs.

Je peux venir acheter une brouette ici […] Je peux presque réparer ma maison au complet!

Guy Paquin, client

Si la propriétaire peut trouver les bons outils pour la plomberie, elle peut aussi conseiller ses clients sur les fromages locaux.

Faut aimer rendre service, parce que c’est le fun quand la personne sort d’ici et son truc est réparé

Sylvie Benoît

À l’époque du reportage, le propriétaire Jacques Benoit a 76 ans et fait toujours boucherie dans son magasin.

C’est à 84 ans qu’il a décidé de vendre son commerce à un résident de Saint-Armand qui rêvait d’acquérir l’endroit.

Au Musée magasin général Lebrun de Maskinongé – Faire un saut dans le passé

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Téléjournal / Le Point, 10 septembre 2001

Le 10 septembre 2001 au Téléjournal, le journaliste Paul Toutant nous fait découvrir le Musée magasin général Lebrun à Maskinongé.

Depuis 20 ans, Gisèle Saucier et Serge Martin rénovent les lieux et enrichissent leur collection dans ce qui fut longtemps le centre commercial central du Québec.

Paul Toutant, journaliste

Le magasin général Lebrun est en réalité un musée privé composé de trois bâtiments datant de 1803, 1827 et 1915. Les propriétaires y abritent une boutique, une salle où sont exposés des objets d’antan, et un restaurant.

L’endroit exhibe une panoplie d’objets d’époque. Gisèle Saucier, propriétaire au moment du reportage, devient mademoiselle Laura sous son costume de fin du 19e siècle et révèle au journaliste Paul Toutant les trésors de l’endroit.

Une magnifique collection de phonographes peints à la main représente les appareils de 1901 à 1911.

Mademoiselle Laura insère le cylindre de celluloïd dans le phonographe, tourne la manivelle et la musique nous transporte dans un autre temps.

Le musée magasin possède également un pianola datant de 1904, le seul au Québec.

Aujourd’hui, le magasin général d’Upton fait honneur aux produits de sa région. Repeint dans des couleurs éclatantes, il offre aux visiteurs une halte gourmande.

Le magasin de Saint-Armand et le Musée magasin Lebrun ont eux aussi changé de propriétaires, mais ont gardé leur vocation première.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.