•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Unipêche M.D.M. rappelée à l'ordre sur l'équité hommes-femmes

Dans une usine, des employés, vêtus de combinaisons de travail et de chapeau de sécurité, trient et pèsent des crabes près de paniers de plastique.

Tri du crabe à l'usine Unipêche M.D.M. de Paspébiac (archives)

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Catherine Poisson

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec (CDPDJ) rappelle Unipêche M.D.M. à l'ordre pour une offre d'emploi controversée.

Dans une lettre envoyée lundi à l'entreprise de Paspébiac, la CDPDJ revient sur cette offre d'emploi qui avait fait fortement réagir en avril dernier.

Pour le même poste, le salaire qui était offert à une femme était inférieur que celui offert à un homme.

La CDPDJ rappelle que la Charte des droits et libertés de la personne du Québec interdit toute distinction, exclusion ou préférence fondée sur le sexe d'une personne ainsi que toute discrimination dans le processus d'embauche et les conditions de travail.

Unipêche M.D.M. s'était excusée en expliquant que dans les usines de pêche, de manière traditionnelle, il y a ce qu'on appelle des lignes d'hommes et des lignes de femmes, comportant chacune des tâches différentes et que le salaire est différent pour chaque ligne.

La direction de l'usine avait justifié le salaire plus élevé associé à la ligne d'hommes par le fait que certaines tâches de cette ligne nécessitent de soulever des cargaisons de crabe et de homard qui pèsent parfois jusqu'à 100 livres.

La CDPDJ souligne toutefois que les exigences physiques d'un emploi offert doivent être justifiées, eut égard aux aptitudes ou qualités requises et qu'elles ne doivent pas servir à exclure les femmes.

La CDPDJ conclut en disant espérer que cette situation ne se reproduise pas.

Une enquête réclamée

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, juge la réponse de la CDPDJ nettement insuffisante.

Il estime que l'offre d'emploi d'Unipêche M.D.M. n'est qu'une manifestation d'un problème plus vaste et réclame une enquête sur les conditions de travail des femmes dans l'industrie de la pêche.

Les données le prouvent, les femmes sont moins payées que les hommes dans l'ensemble de l'industrie, donc qu'on fasse les réajustements, et qu'on fasse les sanctions.

Sylvain Roy, député de Bonaventure
Plan moyen de Sylvain Roy en plein débat à l'Assemblée nationale

Le député péquiste de Bonaventure, Sylvain Roy

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La CDPDJ explique toutefois que pour qu'il y ait une enquête et des sanctions le cas échéant, il doit d'abord y avoir une plainte d'une victime, ce qui n'est pas le cas dans ce dossier.

Unipêche M.D.M. n'a pas donné suite à nos demandes d'entrevue.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Emploi