•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Financement collégial : de l’oxygène pour les petits cégeps

Étudiants au premier jour de la session d'automne

Étudiants au premier jour de la session d'automne

Photo : Radio-Canada / Brigitte Dubé

Joane Bérubé
Marie-Christine Rioux

La révision du mode de financement des cégeps, annoncée lundi par Québec, se traduira par une aide accrue au Cégep de Matane et au Cégep de la Gaspésie et des Îles.

Les mesures annoncées par Québec visent à améliorer le soutien financier des petites et moyennes institutions collégiales. La direction du cégep de Matane comme celle du Cégep de la Gaspésie et des Îles se réjouissent de ce nouveau mode de calcul.

Avec 727 étudiants, le cégep de Matane, qui dispose d’un budget annuel d’environ 20 millions de dollars, est l'un des plus petits de la province.

Pour l'institution, le nouveau calcul se matérialisera par une augmentation annuelle et récurrente d’environ 500 000 $. C'est appréciable, indique le directeur général du cégep de Matane, Pierre Bédard.

Ce dernier voit ce nouvel apport financier comme une bouffée d’air frais. Lorsqu’on décortique bien ce financement-là, parce que c’est assez complexe, on a un peu plus de flexibilité dans l’utilisation des sommes et on est un peu moins dépendants, je dis bien un peu moins, du nombre d’étudiants.

Ça nous donne un peu plus de liberté pour les prochaines années.

Pierre Bédard, directeur général du Cégep de Matane

Le nombre d’étudiants pour maintenir le financement d’une cohorte dans un petit cégep comme celui de Matane passera de dix à sept étudiants. Mais ce qui est important, relève Pierre Bédard, c’est le financement qui vient pour chacun des étudiants de l’ensemble du cégep qui a été augmenté à 120 %.

En contrepartie, les cégeps plus importants ont accepté que leur montant de base par étudiant soit réduit.

Le Cégep de la Gaspésie et des Îles, campus de Gaspé

Le Cégep de la Gaspésie et des Îles, campus de Gaspé

Photo : Radio-Canada

La directrice générale du Cégep de la Gaspésie et des Îles, Yolaine Arseneau, précise que l’argent reçu par chaque étudiant commencera à décroître après 1000 étudiants et plus.On reconnaît, dit-elle, que les premiers étudiants coûtent plus cher afin de donner tous les services nécessaires que le 5000e étudiant.

Tout le monde a mis la main à la pâte pour aider les plus petits, observe Pierre Bédard. Là-dessus, je lève mon chapeau au ministère et au ministre. Vraiment, ils ont pris en considération les besoins des plus petits cégeps. Une grande partie de notre financement vient du nombre d’étudiants, nécessairement les plus petits cégeps étaient un peu défavorisés. Au final, les petits cégeps en région sont gagnants.

Pierre Bédard, directeur du Cégep de Matane

Pierre Bédard, directeur du Cégep de Matane

Photo : Radio-Canada / ICI Radio-Canada

La directrice du Cégep de la Gaspésie et des Îles ajoute que le calcul tiendra compte aussi de la recherche effectuée par les institutions et de la localisation en région qui, comme celui de la Gaspésie et des Îles, oblige les cégeps à desservir un vaste territoire. Pour nous, juste ça, c’est 790 000 $, relève Mme Arseneau.

Cette dernière se réjouit particulièrement de l’appui donné par le gouvernement à la recherche.

Québec ajoutera aussi au financement de base des cégeps de l’argent destiné au soutien pour les services aux étudiants handicapés.

Le nouveau mode de financement coûtera 68 millions à Québec.

Avec les sommes supplémentaires attribuées en raison de l’augmentation des coûts de système et de la rémunération des enseignants, le gouvernement Legault versera cette année un total de 150 millions de dollars de plus aux cégeps de la province pour l'année scolaire 2019-2020.

La bonification budgétaire totale du Cégep de Matane sera de 2,2 millions dollars et celle du Cégep de la Gaspésie et des Îles, de 3 millions de dollars.

C’est de l’argent de plus pour notre région, c’est de l’argent de plus pour nos étudiants.

Yolaine Arseneau, directrice générale du Cégep de la Gaspésie et des Îles

Mme Arseneau ajoute que le cégep qu'elle dirige est soucieux d’en faire le meilleur usage. On va s’affairer dans les prochaines semaines à placer cet argent dans les projets les plus structurants pour notre région.

Apport des étudiants étrangers

Cette année, le Cégep de Matane accueillera 325 étudiants étrangers, soit 45 % de l’effectif étudiant.

En comparaison, le Cégep de la Gaspésie et des Îles comptera 1135 étudiants pour la session d'automne dont 109 qui proviennent de l'étranger.

Selon M. Bédard, la proportion d’étudiants étrangers du Cégep de Matane est sans doute la plus importante du réseau. Sans cet apport et celui des étudiants du reste du Québec, le Cégep de Matane pourrait difficilement conserver ses services, convient le directeur général.

Seulement 20 % des étudiants inscrits au cégep de Matane proviennent de la Matanie.

Présentation des projets de fin d'études du programme Technique d'intégration multimédia au Cégep de Matane

Présentation des projets de fin d'études du programme Technique d'intégration multimédia au Cégep de Matane (archives)

Photo : Radio-Canada / Marie-Josée Paquette-Comeau

C’est un phénomène unique au Québec, souligne Pierre Bédard.

La situation, poursuit-il, s’explique par le déclin démographique de la Matanie, mais aussi par la proximité de deux cégeps régionaux plus importants, Rimouski et Gaspé, et de la présence du Centre matapédien d’études collégiales. Notre territoire est très petit, observe M. Bédard pour qui le recrutement de la clientèle demeure un défi de tous les instants.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Éducation