•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« On ne peut pas se permettre de perdre Le Droit », affirme le maire de Gatineau

Trois éditions du journal Le Droit

En grave difficulté financière, le Groupe Capitales Médias (GCM) a envoyé un avis d'intention pour se placer sous la protection de la loi sur les faillites.

Photo : Radio-Canada / Maxime Huard

Radio-Canada

La survie du journal Le Droit est assurée, du moins pour un certain temps, grâce à un prêt de 5 millions de dollars octroyé par Investissement Québec au Groupe Capitale Médias (GCM). Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, s'inquiète tout de même et tient à ce que le quotidien survive.

Plus tôt dans la journée, GCM a fait par de son intention de se placer sous la protection de la loi sur les faillites, laissant ainsi planer le doute sur la survie de ses six quotidiens, dont Le Droit.

C’est certain que tout ce qui se passe crée un climat d’incertitude, on ne se le cachera pas, reconnaît Pierre-Paul Noreau, président et éditeur du quotidien Le Droit.

Le maire de Gatineau s'inquiète de voir que le quotidien francophone de la région d'Ottawa et de Gatineau pourrait disparaître.

Il n'y a pas une ville qui est capable de fonctionner, en fait la démocratie ne peut pas fonctionner, si on n’a pas des médias forts. Le Droit, c’est vraiment la locomotive médiatique de la région, a affirmé lundi après-midi M. Pedneaud-Jobin.

On ne peut pas avoir une vraie démocratie sans médias, pour une ville comme nous c’est un outil de développement qui est puissant. On ne peut pas se permettre de perdre Le Droit.

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Maxime Pedneaud-Jobin invite Québec et Ottawa à discuter pour tenter de trouver des solutions afin d'assurer la survie des médias. Ça prend des solutions de fonds qui vont faire en sorte que les entreprises qui produisent de l’information qui est essentielle soient capables d’être payées en retour.

Rencontre d'urgence

La façade de l'immeuble abritant les bureaux du journal « Le Droit ».

Les bureaux du journal « Le Droit », à Ottawa.

Photo : Radio-Canada

Les employés du quotidien ont participé à une rencontre d'urgence, lundi après-midi, afin de faire le point sur la situation.

Je suis encore un peu sous le choc, a affirmé le président du syndicat des travailleurs de l’information du Le Droit, Patrick Duquette, sur les ondes de l’émission Sur le vif. On est sous la protection de la loi sur les faillites, mais c’est pour obtenir une aide d’urgence du gouvernement du Québec en attendant qu’il y ait une solution plus viable à long terme qui se présente pour nos journaux.

M. Duquette est cependant ravi de voir la ministre de la Culture, Nathalie Roy, parler de l’importance des journalistes pour la démocratie et pour le droit du public à l’information.

Faut que les gens comprennent que ce n’est vraiment plus que des emplois au Droit ou au Soleil, dans les journaux qui sont en jeu ici, c’est vraiment des enjeux plus large, c’est notre démocratie qui est en jeu.

Patrick Duquette, président du syndicat des travailleurs de l’information du journal Le Droit

C’est de la musique à nos oreilles, c’est ce qu’on veut entendre, affirme M. Duquette. C’est sûr qu’on a hâte de voir ce qui va se passer, voir si un ou plusieurs acheteurs va être intéressé par notre groupe.

Pierre-Paul Noreau, est d'avis que son journal est plutôt attrayant pour les acheteurs potentiels.

Actuellement on est choyé parce qu’on a vraiment beaucoup de gens qui fréquentent nos sites, qui utilisent nos applications. [...] La seule chose qui nous manque c’est beaucoup de publicité, déplore le président et éditeur du quotidien.

Par ailleurs, le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, a confirmé que l'aide financière de cinq millions de dollars s'applique aussi au Droit, même si les bureaux du quotidien se trouvent à Ottawa. C'est un journal qui sert les deux communautés, a affirmé M. Fitzgibbon. Alors, oui, on traite Le  Droit comme on traite Le Quotidien, La Tribune, les autres.

Ottawa-Gatineau

Médias