•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élèves franco-ontariens sans école à deux semaines de la rentrée

Classe vide.

Classe vide

Photo : Radio-Canada / Jérôme Bergeron

Radio-Canada

À quelques semaines de la rentrée scolaire, le conseil municipal de Parry Sound a rejeté à l’unanimité une motion pour permettre à une école élémentaire francophone de s’installer dans des locaux libres du Collège Canadore.

La motion visait à changer temporairement le zonage du collège – pour une durée d’un an – afin de lui permettre d’accueillir la première école francophone de la communauté.

Les employés de la Ville avaient pourtant recommandé au conseil d'adopter la résolution.

C’est le Collège qui a fait la demande de changement de zonage, explique Simon Fecteau, le directeur de l’éducation du Conseil scolaire public du Nord-Est de l’Ontario (CSPNE).

C’est difficile à voir que la décision est vraiment basée sur une question de zonage. J’ai l’impression que c’est plutôt basé sur une question de ne pas nous vouloir dans cet édifice-là. C’est vraiment dommage.

Simon Fecteau, directeur de l'éducation du Conseil scolaire public du Nord-Est de l'Ontario

Des citoyens de Parry Sound ont soumis 35 lettres ainsi qu’une pétition de 462 signatures contre la proposition.

Ceux-ci craignent notamment que l’école primaire nuise au bon fonctionnement du Collège ou que les étudiants constituent un danger pour la trentaine d’élèves qui fréquenteraient la nouvelle école.

On savait qu’il avait des gens dans la communauté qui ne voyaient pas le projet d’un bon oeil, confie Simon Fecteau, le directeur de l'éducation du CSPNE.

Résumé des objections énumérées dans l'ordre du jour de la réunion :

  • L’école met en péril le rôle du Collège Canadore en tant que moteur économique et agent de changement
  • Le Collège répond à un besoin de formation d’une main-d’œuvre de moins en moins nombreuse
  • Le Collège devrait consacrer plus d’efforts à l’expansion de son offre de cours
  • Il s’agit d’une ressource communautaire qui doit être préservée pour l’ensemble de la communauté
  • Il n’est pas souhaitable d’avoir des enfants dans un environnement adulte

Le PDG du Collège, George Burton, n'a pas donné suite aux demandes d'entrevue de Radio-Canada. Mais dans les documents de la réunion du conseil municipal préparés par les fonctionnaires de la Ville, M. Burton affirme que la présence de l’école élémentaire n’aurait pas d’incidence sur l’offre de cours.

Vêtu d'un complet bleu, George Burton s'arrête le temps d'une photo dans le nouveau pavillon « The Village ».

George Burton, PDG du Collège Canadore

Photo : Radio-Canada / Frédéric Projean

Il note entre autres que le campus de Parry Sound peut accueillir jusqu’à 176 étudiants. Il n'y en a toutefois jamais eu plus de 81.

M. Fecteau croit d'ailleurs que son conseil scolaire aiderait le Collège à poursuivre ses activités à Parry Sound. Quand tu n'es qu'à moitié plein, c’est là que tu es en danger de ne pas survivre.

Le conseil avait annoncé en février son intention de louer des locaux du collège.

Il compare la situation à celle de Hearst, où le CSPNE a développé un partenariat avec le Conseil des arts concernant l’utilisation de locaux pour une école.

Un processus d’achat de la Place des Arts de Hearst par le CSPNE est d’ailleurs en cours.

En ce qui concerne la sécurité des élèves, le directeur de l’éducation du CSPNE, Simon Fecteau, souligne que d’autres établissements partagés existent dans le Nord de l’Ontario et qu’il existe des protocoles appropriés pour assurer la sécurité des élèves.

Plusieurs parents des élèves inscrits ont d'ailleurs soumis une lettre indiquant qu’ils sont au courant de l’emplacement proposé et qu’ils jugent que c’est la solution idéale à court terme.

La suite pour le conseil scolaire

On a encore 29 élèves inscrits, on n’a pas lâché prise, indique le directeur de l’éducation, en ajoutant que les avocats du conseil scolaire examinent le dossier et qu’une décision sera prise dans les prochains jours sur la marche à suivre.

Ces enfants ont le droit à une éducation de langue française en Ontario, souligne-t-il.

Dans ma tête, l’intention est encore d’ouvrir à Parry Sound en septembre.

Simon Fecteau, directeur de l'éducation du CSPNE

Selon M. Fecteau, d’autres bâtiments dans lesquels l’école pourrait s’installer temporairement ont fait l'objet d'une visite dans les derniers jours, dont un centre commercial.

Il admet toutefois qu’il faudrait, comme dans le cas du Collège Canadore, faire une demande de changement de zonage.

On hésite un peu pour cette idée-là, mais sait-on jamais?, conclut M. Fecteau.

Ce texte a été modifié pour refléter le fait que le PDG du Collège Canadore n'a pas accordé d'entrevue à Radio-Canada et que ses commentaires proviennent des documents municipaux.

Éducation

Société