•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Criminalité, toxicomanie et petite enfance au programme des partis politiques

Wab Kinew est le chef du Nouveau Parti démocratique.

Les néo-démocrates mettraient rapidement en place des projets concrets pour contrer la toxicomanie s'ils étaient élus.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les conservateurs se sont penchés sur le taux de criminalité, les néo-démocrates ont mis l'accent sur la lutte à la toxicomanie et le Parti libéral a parlé de petite enfance, lors de cette huitième journée de campagne électorale.


Le Nouveau Parti démocratique (NPD) veut contrer la crise de la méthamphétamine dans les 100 premiers jours après son arrivée au pouvoir.

Les troupes de Wab Kinew promettent de financer un centre d'injection supervisée de 25 lits, un programme de lutte contre la dépendance à l’alcool qui accueillerait 34 personnes en résidence, ainsi qu'un programme d'intervention contre la méthamphétamine mené par le Main Street Project.

Le centre d'injection supervisée et le programme de lutte contre l'alcool seraient aussi gérés par le Main Street Project.

Le NPD verserait 1 million de dollars par an pour le centre d'injection supervisée, et 500 000 $ par an pour le fonctionnement du programme de lutte contre la dépendance à l'alcool.

Ces programmes permettront aux personnes atteintes de dépendances d'avoir accès à des soins et à des traitements, et pourront prévenir la propagation de maladies, explique le chef du NPD, Wab Kinew.

Le NPD injectera 1,5 million de dollars pour les coûts en infrastructure du programme d'intervention contre la méthamphétamine. Par la suite, le Main Street Project recevrait 2 millions de dollars par an pour le fonctionnement du programme.

Wab Kinew s'engage à créer un ministère qui se chargera exclusivement des problèmes de santé mentale et de dépendances.

On donnera à ce ministère les ressources nécessaires pour répondre à la crise de dépendances et aux problèmes de santé mentale, dit-il.

Notre dossier sur les élections provinciales 2019 au Manitoba

Les conservateurs : lutter contre la criminalité

Les conservateurs promettent d’investir 10 millions de dollars dans des projets qui visent à réduire le taux de criminalité.

Un prochain gouvernement conservateur mettrait sur pied un plan pour réduire le nombre de crimes dans le centre-ville de Winnipeg (Safer Street Lives Action Plan).

Brian Pallister est le chef du Pari progressiste conservateur.

Le Parti progressiste-conservateur veut offrir son soutien aux programmes communautaires qui visent à offrir une aide aux personnes vulnérables.

Photo : Radio-Canada

On travaillera pour faire du centre-ville de Winnipeg un endroit sécuritaire pour les familles du Manitoba.

Brian Pallister, chef du PC

Le chef du PC, Brian Pallister, promet de travailler de concert avec le Service de police de Winnipeg pour lutter contre les crimes liés à la drogue, en investissant dans les opérations conjointes entre la Gendarmerie royale du Canada et les services de police municipaux. Ces projets cibleraient les trafiquants de drogue.

Brian Pallister promet d'établir une base de données centralisée sur les renseignements criminels au sein du ministère de la Justice.

Libéraux : promouvoir la petite enfance

Le Parti libéral s'engage à créer 18 000 nouvelles places de garderies d'ici 2027, soit 2250 places par an pendant 8 ans.

Le Parti libéral veut ainsi permettre aux parents de faire partie de la population active, réduire la pauvreté, renforcer l'inclusion sociale et faciliter l'entrée de nouveaux arrivants au Manitoba.

L’amélioration de l’accès à des services de garde de qualité est l’une des mesures les plus importantes que nous puissions prendre pour améliorer notre économie, notre situation sociale et la santé de nos enfants et des futurs adultes du Manitoba, explique Le Parti libéral dans un communiqué.

Le chef Dougald Lamont promet ainsi : 

  • d'investir 5 millions de dollars en infrastructures pour les garderies.
  • de verser 12 millions de dollars par année pour le fonctionnement des 2250 nouvelles places.
  • d'attribuer 6 millions de dollars aux garderies existantes qui ne sont pas subventionnées, ce qui réduirait leur nombre de moitié.
  • d'utiliser 5 millions de dollars pour offrir un appui financier aux familles vivant sous le seuil de pauvreté.
  • de réserver 5 millions de dollars pour l'augmentation du salaire des professionnels du secteur et assurer des formations de qualité pour les éducatrices.

Manitoba

Politique provinciale