•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Péréquation : Jason Kenney rétorque aux propos de François Legault

Plan rapproché de M. Kenney.

Jason Kenney reproche à François Legault de ne pas comprendre l'histoire de la péréquation.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Lundi, c'était au tour du premier ministre albertain, Jason Kenney, de reprendre François Legault. Le chef caquiste affirmait, dimanche, que le Québec avait droit à la péréquation et que cela faisait partie de l'entente constitutionnelle dès son origine.

Dans un long message publié sur sa page Facebook lundi, Jason Kenney reproche à François Legault de ne pas comprendre l'histoire de la péréquation.

Il lui rappelle que le principe de la péréquation ne remonte pas à 1867, mais à 1957, et qu'il a été inscrit dans la Constitution de 1982, que le Québec n'a d'ailleurs toujours pas ratifiée.

M. Kenney fait valoir que l'Alberta a versé plus de 620 milliards de dollars aux autres provinces par le régime fédéral de la péréquation depuis 1957.

Le Québec a reçu 13,1 milliards de dollars en péréquation du fédéral en 2019, ce qui représente 11 % de ses revenus.

Il soutient que, si le Québec et les autres provinces veulent continuer à bénéficier des versements de péréquation, ils doivent autoriser le passage de nouveaux oléoducs, pour que l'Alberta puisse exporter ses ressources.

« Le Québec a droit à la péréquation », dit François Legault

Dimanche, le premier ministre du Québec a rappelé à M. Kenney qu'il ne pourra se retirer unilatéralement du programme fédéral de péréquation, même si l'Alberta est mécontente d'y contribuer massivement au bénéfice de plusieurs provinces, dont le Québec.

Samedi, dans une vidéo diffusée sur Twitter, M. Kenney a notamment reproché au Québec de ne pas exploiter son gaz de schiste, se privant ainsi de revenus, pour ensuite dépendre de l'argent du pétrole des Albertains.

Il a ajouté que son gouvernement allait tenir un référendum en octobre 2021 s'il n'obtenait pas des changements à la péréquation ainsi que les autorisations pour construire des oléoducs en vue d'exporter son pétrole.

En mêlée de presse, dimanche matin, au Congrès des jeunes caquistes, à Sherbrooke, François Legault a souligné que le principe de la péréquation est inscrit dans la Constitution et que seul le Canada tout entier peut en changer la formule.

Ça revient à l'existence même du Canada. Quand le Québec a embarqué dans le Canada, il était prévu qu'il y aurait de la péréquation. Ça fait partie du "deal" original. On ne peut pas changer le "deal" original.

François Legault, premier ministre du Québec

Le chef caquiste a affirmé que le Québec « a droit à la péréquation » et qu'il n'est pas question de modifier la formule.

M. Legault place ses mains de côté, comme pour signifier qu'il ne veut rien entendre.

François Legault dit qu'il ne se retirera pas du programme fédéral de péréquation, même si l'Alberta est mécontente.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Il a admis que son gouvernement ne peut se passer de ces milliards, même s'il nage dans les surplus. Et ses homologues de provinces déficitaires, mais qui contribuent à la péréquation, lui ont manifesté leur mécontentement au Conseil de la fédération, en juillet dernier, à Saskatoon.

« Il y a un bout que je n'ai pas aimé du tout. Il y a des premiers ministres de provinces riches qui regardent le Québec et qui disent : "On vous envoie un gros chèque, on aimerait mieux garder l'argent chez nous." », a lancé M. Legault.

Le premier ministre québécois a toutefois rappelé que, en contrepartie, le fédéral a maintes fois favorisé l'Ontario en subventionnant l'industrie automobile, ou favorisé l'Alberta en subventionnant l'industrie pétrolière.

Avec les informations de Presse canadienne

Alberta

Politique