•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une garden-party pour financer les expositions d'artistes émergents

Une femme peint sur une toile dans un jardin.

Cinq artistes de la région étaient présents pour réaliser des oeuvres qui ont été vendues aux enchères pendant l'activité.

Photo : Radio-Canada / Chloé Dioré de Périgny

Chloé Dioré de Périgny

La Maison des artistes visuels francophones (MDA) de Winnipeg organisait, dimanche, sa garden-party annuelle qui permet d'appuyer financièrement l'exposition d'oeuvres d'artistes locaux émergents.

Environ 80 personnes ont participé à cette troisième édition de l'activité. Le coût d’entrée de 75 $ financera en partie les expositions du studio de la MDA, un centre d'artistes situé dans le quartier de Saint-Boniface.

Près de 2200 $ supplémentaires ont pu être amassés grâce à la vente aux enchères d’oeuvres réalisées sur place par des artistes locaux.

Chaque année, une douzaine d’expositions sont présentées dans le studio de l'organisme pour « permettre aux artistes une première exposition professionnelle », selon Lou-Anne Bourdeau, assistante à la direction de la MDA.

La question d’exposer, c’est toujours un défi, surtout si on n’est pas connu, témoigne l’artiste Marc Beaudry, qu'on pouvait voir à l'oeuvre dimanche.

C’est tellement important pour nous, les artistes. Ce n'est pas facile [d’exposer] mais ça dépend surtout de quel medium tu utilises et des gens que tu connais. Ça prend des galeries comme celles de la Maison des artistes pour nous appuyer et nous donner la voix qui nous manque des fois, renchérit l’artiste multidisciplinaire Candace Lipischak.

Depuis trois ans, la MDA organise ce qu'elle appelle des garden-partys pour financer ces expositions d’artistes émergents. Chacune d’entre elles coûte 500 $ au centre d'artistes.

Les autres activités de financement sont moins officielles. Au cours de l’année, par exemple, on a la vente d’oeuvres, mais la garden-party, c’est l'événement le plus important pour les expositions, déclare Lou-Anne Bourdeau, assistante à la direction de la MDA.

Une femme sourit. À côté d'elle se trouve une peinture sur un morceau d'étain.

L'artiste Candace Lipischak réalise des objets d'art à partir de matériaux de récupération.

Photo : Radio-Canada / Megan Goddard

Les deux premières garden-partys avaient permis de récolter des fonds pour deux et quatre expositions respectivement. Cette année, la MDA espère pouvoir en financer encore davantage.

Une façon de faire connaître les artistes

Cinq artistes locaux étaient présents pour présenter leurs oeuvres et en réaliser d'autres en direct devant les visiteurs.

Comme artiste, tu ne sais jamais comme le monde va prendre le travail que tu fais. Entendre les commentaires et pouvoir répondre aux questions, ça donne aux gens l’occasion de savoir comment je suis entrée là-dedans, mais aussi de montrer quelle artiste je suis, soutient Candace Lipischak.

Sculpture sur bois, sérigraphie, peinture sur des matériaux de récupération en étain… Les productions étaient diverses.

Un homme assis sur une chaise sourit, un morceau d'écorce sculpté à la main.

L'artiste Marc Beaudry réalise des sculptures à partir de morceaux d'écorce.

Photo : Radio-Canada / Chloé Dioré de Périgny

Que ces oeuvres soient leur gagne-pain ou non, les artistes étaient ravis d’être présents.

Moi, je n’ai jamais été très présent dans la communauté comme artiste. Je fais ça depuis ma retraite. Ça me permet de me faire connaître d’un public qui ignore ce que je fais, dit ainsi Marc Beaudry.

Manitoba

Arts visuels