•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement Legault réinvestit dans le réseau des cégeps

Le reportage de Jérôme Labbé

Photo : Radio-Canada / Frédéric Tremblay

Radio-Canada

La réforme du financement des cégeps prend forme. Le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur a annoncé lundi que les 48 établissements collégiaux du Québec auront droit à un budget additionnel de 68 millions de dollars dès la rentrée 2019.

Ces montants additionnels, qui étaient déjà prévus dans le dernier budget, s’accompagnent de ce que le ministre Jean-François Roberge présente comme une « modernisation », une « mise à jour nécessaire » du modèle d’allocation des ressources aux cégeps afin de le rendre plus équitable.

Le nouveau mode de financement, élaboré pendant plusieurs mois en collaboration avec le réseau des cégeps, prendra davantage compte des défis et des possibilités dans chaque région du Québec.

Après plusieurs années à composer avec une situation financière fragile, les cégeps auront dorénavant les coudées franches pour mettre en place les mesures qu’ils jugeront nécessaires et ainsi permettre aux étudiants de réussir, selon leurs priorités et leurs besoins.

Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur

Le calcul d’attribution des budgets dépendra moins du nombre d’étudiants inscrits, ce qui devrait particulièrement bénéficier aux petits établissements, surtout ceux qui sont situés dans des régions aux prises avec un déclin démographique.

Le financement selon le nombre d'étudiants existera toujours, mais il est modifié afin que des paliers soient instaurés, un peu comme pour le calcul des impôts. Une réduction du nombre d'étudiants ne sera donc plus forcément synonyme de perte d'argent.

Ça va permettre d’assurer un plancher de services, peu importe qu’une personne étudie à Gaspé, à Sept-Îles ou à Montréal, explique Philippe Clément, le président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), qui avait proposé ce changement.

De nouveaux fonds seront aussi consacrés à soutenir l’implication des cégeps dans des initiatives régionales ainsi que dans des projets de recherche.

Cette approche créera un réseau plus « agile », de l’avis du gouvernement autant que de celui de la Fédération des cégeps, qui salue sa flexibilité et son adaptabilité à des situations variées.

Le financement de base est lui aussi rehaussé, au profit de l’ensemble des établissements.

Des demandes comblées

Dans les mois qui ont précédé l’élection provinciale de 2018, la Fédération des cégeps s’était vivement plainte d’une réduction de son financement. Elle chiffrait les coupes à environ 150 millions de dollars depuis 2011 et elle demandait un retour au niveau de financement dont bénéficiait le réseau avant « l’austérité ».

On a approché d’un point de rupture. On a vécu des années très difficiles qui ont fortement éprouvé les services aux étudiants.

Bernard Tremblay, PDG de la Fédération des cégeps

Pour lui, la réforme du mode de financement était devenue absolument nécessaire. Il la salue avec enthousiasme.

« Tout le monde y trouve son compte », estime également Philippe Clément.

Il faut dire que les demandes et les suggestions des cégeps et des cégépiens ont eu une place prioritaire dans l’élaboration du nouveau système de financement, tout comme la grande tournée dans les cégeps pilotée par le député caquiste Youri Chassin, l’adjoint parlementaire du ministre.

M. Chassin estime qu’« on est parvenu à une espèce de consensus » au cours de cette tournée, qui lui aura principalement servi à déceler des enjeux locaux et régionaux afin qu’ils soient adéquatement pris en compte.

Politique provinciale

Politique