•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un grand nombre d'enfants cherchent refuge à la maison d’hébergement de Tina

Une fresque sur le mur extérieur du centre d'hébergement Tina's Safe Haven.

Le centre d'hébergement de Tina (Tina's Safe Haven) est situé avenue Selkirk et est le seul centre d'accueil pour les adolescents à risque 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, à Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Jeff Stapleton

Radio-Canada

La maison d’hébergement de Tina (Tina's Safe Haven), créée en mémoire de l'adolescente retrouvée morte il y a 5 ans, Tina Fontaine, connaît un triste succès à Winnipeg, selon les directeurs de la maison. Chaque soir, les 50 lits disponibles sont occupés par des jeunes vulnérables âgés de 13 à 24 ans.

La directrice générale de Ndinawe, l'organisme qui gère la maison d'hébergement, Tammy Christensen, explique que le programme d’approche de la maison est en contact avec environ 150 jeunes sans-abri et qui sont susceptibles d'être victimes d’exploitation.

On a une maison d’hébergement qui n'a jamais de lits vides. Dès que l'un d'entre eux se libère, on a une autre personne pour l'occuper, déclare-t-elle. On ne constate donc pas de baisse dans la demande, mais plutôt une augmentation.

Elle affirme que les jeunes font face à différents problèmes, notamment à des traumatismes.

Ce sont des traumatismes qu'on n'aborde pas. Qu'il s'agisse d'une rupture dans la famille ou d'autres choses, [les jeunes] n'ont pas de ressources ou de soutien appropriés, ces jeunes n'obtiennent pas ce dont ils ont besoin.

Mme Christensen reconnaît que les problèmes de toxicomanie et de santé mentale jouent un rôle majeur lorsque les jeunes filles sont exploitées sexuellement et vivent dans la rue.

C’est ainsi que les enfants gèrent le traumatisme, explique-t-elle. On doit leur offrir toute l'aide nécessaire pour les soutenir à ce moment-là et leur fournir les ressources appropriées à ce niveau pour les aider.

Ainsi, la maison d'hébergement Tina offre une douche.

Les gens ne se rendent pas compte [de l'importance] d'avoir accès à quelque chose d'aussi simple qu'une douche. Ces besoins quotidiens de base ne sont pas comblés pour ces enfants.

Tammy Christensen, directrice générale de Ndinawe

Selon Tammy Christensen, il faut un changement dans les services [de la protection de l'enfance]. À l'heure actuelle, ces services sont surchargés et ne répondent pas aux besoins des jeunes.

La maison d'hébergement Tina's Safe Haven a été nommée en mémoire de Tina Fontaine, l'adolescente de 15 ans, dont le corps a été retiré de la rivière Rouge en août 2014.

Cette mort a fait les manchettes et mis en lumière les problèmes liés aux filles et aux femmes autochtones disparues et assassinées.

Malheureusement [cette maison d'hébergement] est arrivée trop tard pour Tina. On lui rend hommage non seulement avec le nom de la maison, mais aussi en rappelant que beaucoup de jeunes filles et de jeunes hommes qui se retrouvent dans la maison sont dans la même situation que celle que Tina avait connue, explique Tammy Christensen.

Avec les informations de CBC News

Manitoba

Jeunesse