•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour aux sources émouvant pour les descendants de Michel Haché dit Gallant

Fouler le même sol que leur ancêtre a suscité beaucoup d'émotions chez les descendants du patriarche.

Skmaqn-Port-la-Joye-Fort Amherst, lieu où s'est installé l'ancêtre de tous les Gallant et Haché d'Acadie.

Photo : Radio-Canada / Janique LeBlanc

Janique LeBlanc

Les Gallant se sont réunis en fin de semaine sur la terre de leur ancêtre à l'Île-du-Prince-Édouard.

Venus des quatre coins de la province, du Nouveau-Brunswick, du Québec et d'aussi loin que les États-Unis, ils ont convergé vers le lieu historique Skmaqn-Port-la-Joye-Fort Amherst.

C'est là, sur l’isle Saint-Jean demeurée française, que Michel Haché dit Gallant a choisi d'installer sa famille en 1720. Il fuyait Beaubassin, en Nouvelle-Écosse, devenue anglaise après le traité d'Utrecht.

Fouler le même sol que leur ancêtre a suscité beaucoup d'émotions chez les descendants du patriarche des Haché et Gallant d'Acadie.

Tout à l’heure, j'étais assise par terre en train de pique-niquer, en me disant: mon ancêtre était à marcher peut-être exactement où je suis assise. Je trouve que c'est sans prix. On dirait que ça active la vie dans mon système de savoir que je suis assise où mon ancêtre est arrivé sur l'île, confie Sylvie Gallant, de Saint-Alexis-de-Matapédia, en Gaspésie.

Sylvie et Jocelyne Gallant assises sur des chaises.

Sylvie et Jocelyne Gallant sont des descendantes de la 11e génération.

Photo : Radio-Canada / Janique LeBlanc

Jocelyne Gallant, elle aussi de Saint-Alexis-de-Matapédia au Québec et descendante de la 11e génération, comprend pourquoi la nature a pris tant d'importance pour les descendants de Michel Haché dit Gallant.

Je sens toute cette force qu'on a, nous, à l'intérieur, de toujours faire un retour à la nature parce que nos ancêtres étaient vraiment installés dans des endroits extraordinaires, raconte-t-elle. Autre chose, c'est que c'est difficile aussi d'imaginer tout le déchirement qu'il y a pu avoir lors de la déportation et lorsque les gens ont été poursuivis. Nos ancêtres n'ont pas été déportés, ils se sont cachés, ils se sont sauvés et ça a dû être vraiment un déchirement.

La visite sur ses terres ancestrales a beaucoup touché Conrad Gallant, de Petit-Rocher, au Nouveau-Brunswick.

C'était impressionnant. Ça m'a créé une émotion et j'en revenais pas comment la baie, c'était beau, partage-t-il. Comment tout était beau, qu'on voyait la ville en face, c'était magnifique! Je suis vraiment content d'être venu.

Pour Tilmon Gallant, Acadien de l'Île-du-Prince-Édouard, accueillir la grande famille Gallant sur les terres du patriarche est une grande source de fierté.

Ça fait chaud au coeur parce que c'est quand même tous des gens qui reconnaissent la valeur de l'histoire. Et sur ce site-là, en particulier, d'avoir l'occasion de se promener et de voir où Michel et sa famille ont demeuré pendant 17 ans, c'est vraiment bien, explique ce descendant de la 8e génération.

La première et la plus grande famille acadienne de l'Île-du-Prince-Édouard

La famille Haché-Gallant a la distinction d'être la première famille d'origine européenne à s'être installée de façon permanente à Isle Saint-Jean, aujourd’hui nommée Île-du-Prince-Édouard. C'est aussi la plus grande famille acadienne de l'Île-du-Prince-Édouard, comptant plus de 1000 familles aujourd'hui. 

Selon l'historien et généalogiste Jean Bernard, du Musée acadien de l'Université de Moncton, cette abondance de Gallant s'explique par les nombreux fils et petits-fils de Michel Haché dit Gallant, et par la fréquence de jumeaux dans la lignée familiale.

Il y a plus de Gallant que d'Arsenault et lorsque tu fais le calcul, le pourcentage des deux familles mises ensemble, tu as un tiers de la population acadienne de l'Île. Et pourtant, on a une centaine de variétés de noms,  indique M. Bernard.

Hommage à Melvin Gallant

Melvin Gallant assis à une table devant deux petits drapeaux de l'Acadie.

Melvin Gallant.

Photo : Radio-Canada / Janique LeBlanc

La famille Haché-Gallant a profité de l'événement pour rendre hommage à Melvin Gallant, originaire d'Urbainville, dans la région Évangéline. Ce professeur de littérature française et acadienne à l'Université de Moncton est le cofondateur des Éditions d'Acadie.

Melvin a ouvert la porte aux auteurs et aux penseurs avec la création des Éditions d'Acadie.

Jean Bernard, historien et généalogiste.

M. Bernard rappelle que Raymond Guy LeBlanc y a lancé son cri de terre, que Gérald LeBlanc et Herménégilde Chiasson y ont aussi publié. Tout comme son ancêtre Michel Haché-Gallant, notre cher Melvin a défriché lui aussi un nouveau terrain pour y établir les bases d'un nouveau monde, où peuvent naître et s'épanouir la vie culturelle et littéraire de l'Acadie d'aujourd'hui et de demain, a déclaré Jean Bernard.

Cet hommage, Melvin Gallant l'accepte avec beaucoup d'humilité.

Bien, je trouve que c'est exagéré un peu. Je ne pensais pas que j'avais fait tant de choses. Apparemment, il vaut mieux le prendre [l'hommage]. Je ne veux pas critiquer ça, confie l’homme de lettres avec un sourire taquin.

Île-du-Prince-Édouard

Histoire