•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fierté dans la capitale revoit ses mesures de sécurité

Des policiers à vélo avec un drapeau arc-en-ciel sur leur vélo

Des policiers étaient présents à un événement de Fierté dans la capitale, dimanche.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À la lumière de l’incident impliquant une drag queen et un groupe religieux samedi à Ottawa, Fierté dans la capitale revoit ses mesures de sécurité pour tous ses événements prévus en marge de la semaine de la Fierté.

Francesco MacAllister-Caruso, directeur des affaires francophones pour Fierté dans la capitale, soutient que la sécurité des participants reste une priorité absolue.

On a fait tout en sorte pour nous assurer que tous les gens se sentent confortables et à l’aise dans nos événements, explique-t-il.

La présence policière ne sera pas accrue sur les lieux des festivités, mais plusieurs policiers seront en poste dans les environs pour s’assurer qu’ils puissent répondre de façon très rapide en cas d’incident.

Un jeune homme en entrevue sur la rue Sparks.

Selon M. MacAllister-Caruso, la priorité, c'est de s'assurer que tout le monde soit à l'aise lors des festivités de la Fierté.

Photo : Radio-Canada

On veut s’assurer que tout le monde est à l’aise.

Francesco MacAllister-Caruso, directeur des affaires francophones pour Fierté dans la capitale

Sur Twitter, le Service de police d’Ottawa (SPO) a également indiqué travailler avec des membres du public pour assurer une semaine de la Fierté sécuritaire et agréable pour tous.

Dans une déclaration écrite, Fierté dans la capitale a indiqué qu’il continuerait de travailler avec ses partenaires à la Ville d’Ottawa et dans la communauté pour surveiller et réagir aux incidents.

Un événement sous surveillance

En ce sens, les organisateurs du pique-nique des familles arc-en-ciel, un événement familial qui permet aux familles et aux enfants de la communauté LGBTQ2+ de se rassembler, ont fait une requête pour assurer une présence policière.

Des policiers patrouillaient à vélo dans les environs pour s’assurer qu’il n’y avait pas de discours haineux et qu’aucun acte criminel ne soit commis, a expliqué François D'Aoust, inspecteur par intérim au Service de police d'Ottawa.

Aucun désordre n'a eu lieu lors de l'activité de dimanche, où des dizaines de personnes étaient réunies.

« Nous ne serons pas réduits au silence »

Les organisateurs de Fierté dans la capitale ont par ailleurs lancé un communiqué de presse, dimanche, pour dénoncer à nouveau l’incident de samedi, alors qu’un homme s’est introduit dans une activité où une drag queen locale avait été invitée pour lire des contes à des enfants.

Le fait de cibler spécifiquement les enfants et leurs familles est très troublant, mais nous reconnaissons que les membres de la communauté 2SLGBTQ+ sont depuis longtemps victimes de violences haineuses [...], peut-on lire dans la déclaration.

Nous ne serons pas réduits au silence. Nous allons nous unir et nous n’arrêterons pas nos efforts pour promouvoir une communauté plus inclusive.

Extrait de la déclaration écrite de Fierté dans la capitale

M. MacAllister-Caruso a rappelé dimanche que le but des festivités de la Fierté était de bâtir des ponts entre les communautés, mais qu’à la lumière des événements de samedi, il reste du travail à faire.

Avec les informations de Christelle D'Amour et Boris Proulx

Ottawa-Gatineau

Communauté LGBTQ+