•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reboisement en Abitibi-Témiscamingue : l'UPA s'inquiète

Une ancienne terre agricole en friche dans un parc national.

Des terres en friche de la région seront reboisées.

Photo : Radio-Canada

Piel Côté

L'Union des producteurs agricoles régionale s'inquiète de l'opération de reboisement majeur qu'entreprendra l'Agence régionale de mise en valeur des forêts de l'Abitibi.

L'organisme prévoit planter quatre à cinq millions d'arbres sur des terres en friche au cours des deux prochaines années.

L'UPA rappelle que certaines des terres visées ont été défrichées il y a 25 à 50 ans.

Le président de l'UPA régionale, Pascal Rheault, siège au conseil d'administration de l'Agence régionale de mise en valeur des forêts de l'Abitibi à titre de représentant de la MRC d'Abitibi.

Il ne dénonce pas le reboisement à proprement parler, mais souhaiterait que le gouvernement en fasse davantage pour protéger l'industrie agricole.

On ne s'oppose pas, mais on se questionne. Nous travaillons le plan de reboisement avec le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec et l'Agence de forêt privée ainsi qu'avec un aménagiste et les syndicats, on travaille en partenariat, c'est sûr, mais à titre de président de l'UPA, je suis inquiet que le gouvernement mette l'accent sur le reboisement.

Nous sommes en accord que certains secteurs en friche très avancée soient reboisés, mais à un moment, il faut avoir une vision d'ensemble.

Nous aimerions bien, du côté agricole, avoir le même appui que l'industrie forestière de la part des gouvernements, soutient le président Pascal Rheault.

Celui-ci affirme qu'il y a plusieurs programmes en place pour soutenir l'industrie forestière.

Nous sommes extrêmement inquiets de la vision à long terme. Sommes-nous en train d'abandonner l'industrie agricole au profit du reboisement parce qu'il n'y a plus rien à faire? C'est ce que pensent mes membres, s'inquiète-t-il.

Abitibi–Témiscamingue

Agriculture