•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les jeunes caquistes proposent des solutions à la pénurie de main-d’oeuvre

Deux hommes sourient à la caméra devant des logos de la relève de la CAQ.

Le président de l'aile jeunesse de la CAQ, Keven Brasseur ainsi que le représentant régional Samuel Massicotte

Photo : Courtoisie

Mélissa Savoie-Soulières

Réunis en congrès à Sherbrooke, la Commission de la relève de la Coalition avenir Québec s’est penchée sur de nombreux enjeux dont la pénurie de la main-d’œuvre. Les jeunes comptent d’ailleurs suggérer une série de solutions au gouvernement Legault.

Les jeunes caquistes proposent par exemple d’exempter d’impôts les heures supplémentaires faites par des citoyens qui oeuvrent dans des domaines touchés par la rareté de la main-d’œuvre.

On a des pénuries de main-d’œuvre. On a des gens qui voudraient travailler un peu plus, qui auraient l’ambition de travailler un peu plus, mais qu’au point de vue de l’impôt, ils seraient pénalisés. Nous, on arrive dans une perspective où on veut favoriser les gens qui veulent faire des heures supplémentaires, mais aussi on veut favoriser les gens qui en font bien malgré eux. On veut que ces gens-là ne soient pas pénalisés au niveau de la fiscalité, de dire le nouveau président de l’aile jeunesse, Keven Brasseur.

Les mesures pourraient notamment donner un coup de pouce au domaine de la santé et au domaine industriel, selon l’aile jeunesse.

L’idée d’instaurer des incitatifs pour amener les jeunes à s’établir en région sera aussi soumise par les jeunes à la CAQ. On veut mettre sur pied des incitatifs pour combler davantage d’emplois en région, pour inciter les jeunes à aller s’investir dans les régions. Par exemple, aller s’établir au Saguenay-Lac-Saint-Jean et trouver une carrière payante, poursuit Keven Brasseur.

Développer le numérique

Selon les jeunes caquistes, il faut aussi miser sur l’innovation pour attirer des jeunes en région. Le développement des secteurs numériques au Saguenay est un bon exemple de voie à suivre selon le représentant des jeunes caquistes au Saguenay-Lac-Saint-Jean Samuel Massicotte.

On a besoin de mesures pour inciter les jeunes à aller en région et pour développer de bons emplois. On veut des investissements économiques pour le numérique, affirme le jeune militant.

Samuel Massicotte s’implique d'ailleurs pour s’assurer que les régions soient entendues par l’équipe de François Legault. Il fonde notamment beaucoup d'espoir dans le travail de l’adjoint parlementaire du premier ministre pour le volet jeunesse, Samuel Poulin.

« On a des militants [au Saguenay-Lac-Saint-Jean] pour développer la région, dire qu’on est présents et s’assurer d’être écoutés », conclut Samuel Massicotte.

Saguenay–Lac-St-Jean

Emploi