•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« On n’a pas à être gênés d’être nationalistes », lance Legault à ses jeunes militants

Le premier ministre François Legault a invité ses jeunes militants à se demander le projet de société qu'ils souhaitent porter pour 2050, qui était le thème central de leur congrès.

Photo : Radio-Canada

Xavier Savard-Fournier

En fermeture du congrès de l’aile jeunesse de la Coalition Avenir Québec (CAQ) dimanche à Sherbrooke, le premier ministre François Legault s’est adressé à ses jeunes militants. Il a souhaité leur rappeler qu’ils ont « tout ce qu’il faut pour regarder l’avenir avec confiance, avec audace, avec ambition ».

D’entrée de jeu, le premier ministre a indiqué que les ailes jeunesse des partis cherchaient souvent à s’associer à un grand projet de société et que, maintenant que la question de la souveraineté avait été mise de côté, la porte était grande ouverte pour de nouvelles propositions, que ce soit en éducation ou encore dans la réduction de l'écart de richesse.

Mais quand on parle de projets de société, il y a une société. Ça suppose qu’il y a une nation. Ça suppose qu’il y a une famille. On n’a pas à être gênés d’être, ce que nous on appelle, nationalistes.

François Legault, premier ministre du Québec

Le premier ministre Legault a longuement fait l’éloge du nationalisme proposé par la CAQ. Il a notamment misé sur la culture, la laïcité et l’économie. Il a dit qu’on pouvait « être fiers » des acquis comme la loi 101 et la récente loi sur la laïcité.

M. Legault a aussi rappelé l’importance pour lui du fait français, de parler français et d’avoir un « Québec inc. francophone ».

Il faut qu’on vive autant en français en 2050, qu’on vive en français aujourd’hui, a-t-il dit, en référence au désir de son aile jeunesse de renforcer la protection du français.

Cette référence à la « fierté d'être Québécois » a eu un écho avec le nouveau président de l'aile jeunesse de la CAQ, Keven Brasseur, qui a entamé son mandat de deux ans à l'occasion de cette dernière journée de congrès. Il souhaite « tourner la page sur la mentalité d’être né pour un petit pain » et faire le choix de l'ambition.

Ce dernier, qui était jusqu'à tout récemment le vice-président des jeunes caquistes, a été élu sans concurrent, mettant ainsi fin au mandat du président sortant, Kevin Paquette.

« Le Québec a le droit à la péréquation »

Parmi les projets de société potentiels, M. Legault a abordé la question de l’écart de la richesse entre les provinces, principalement pour pouvoir lancer un avertissement à son aile jeunesse, qui a débattu de la question de s’affranchir de la péréquation. Une idée finalement rejetée par les jeunes militants.

Il les a sommés d’être prudents sur cette question.

Le Québec a le droit à la péréquation. Il n’est pas question d’envoyer un message comme quoi on laisserait tomber ce programme.

François Legault, premier ministre du Québec

Je comprends votre décision de se dire qu’il y a des provinces plus riches qui veulent une nouvelle entente. Mais la péréquation, c’est dans la constitution depuis le jour un, pour offrir des services comparables dans toutes les provinces du Canada. Au Québec, on reçoit de la péréquation, mais on paie aussi plus d’impôts et on a choisi d’avoir plus de services, a-t-il ajouté.

Le premier ministre François Legault n’a pas caché ne pas aimer que d’autres provinces plus riches regardent le Québec en jugeant – une référence à peine voilée à l’idée du premier ministre albertain, Jason Kenney – de faire un référendum sur la péréquation au Canada.

Pour M. Legault, il s’agit en effet d’un beau projet de société de vouloir réduire l’écart de richesse, le projet d’une génération.

Si on veut un Québec fort, un Québec fier, je vous invite à se donner comme l’une de nos grandes priorités [...] un Québec qui est aussi riche que le reste du Canada.

François Legault, premier ministre du Québec

Il ne veut cependant pas changer le programme de péréquation, mais invite les militants à éliminer l’écart de richesse graduellement.

Propositions de l'aile jeunesse entendues

Samedi, les jeunes caquistes ont notamment débattu entre eux des questions de la péréquation, de la santé, de la valorisation du français, du numérique et des régions. L’aile jeunesse aimerait renforcer l’enseignement du français dans les cégeps et dans les universités.

Les jeunes militants souhaiteraient aussi que l’État corresponde uniquement en français avec ses citoyens, sauf avec les membres des Premières nations et les membres de la communauté historique de langue anglaise.

Notre thématique, c’est justement horizon 2050. Si on souhaite que la langue française, qu’on soit encore capable de la parler en 2050, on croit qu’il y a des mesures qui devront être prises, expliquait Kevin Paquette, président sortant de l’aile jeunesse de la CAQ. On souhaite que toutes communications gouvernementales de l’État québécois se fassent en français avant tout.

Dans son allocution, François Legault s'est réjoui de constater que les propositions de son aile jeunesse allaient de pair avec certains des objectifs de la CAQ.

Il a d'ailleurs annoncé que sur la question du numérique, le premier ministre allait demander à Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, d'ouvrir un grand chantier sur la « dépendance aux écrans ».

Tout comme les jeunes de son parti, M. Legault souhaite également occuper tout le territoire québécois pour s'assurer que chaque région soit prospère, notamment en révisant le rôle d'Investissement Québec. « Pour un Québec fort, ça prend des régions fortes », a-t-il dit.

En plus du premier ministre Legault, les ministres Nathalie Roy, Benoit Charrette, Simon Jolin-Barrette et Pierre Fitzgibbon ont aussi échangé avec les militants. Le ministre québécois de l'Agriculture, André Lamontagne, a également assisté au congrès, mais il a dû quitter avant que ces discussions n'aient lieu.

Avec des informations de Hugo Lavallée

Politique provinciale

Politique