•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des dizaines de milliers de personnes au défilé de la Fierté à Montréal

Plusieurs chars allégoriques ont défilé sur le boulevard René-Lévesque tout au long du parcours, au grand bonheur de la foule.

Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Provost

Radio-Canada
Mis à jour le 

Des milliers de personnes ont pris part au défilé de la Fierté de Montréal qui s'est déroulé sur le boulevard René-Lévesque. Plusieurs politiciens ont participé à ce 36e défilé, dont Justin Trudeau, François Legault et Valérie Plante.

Le cortège, composé de 12 000 marcheurs et d'une trentaine de chars allégoriques, a défilé sur 2,7 kilomètres, à partir de la rue Metcalfe jusqu'à la rue Alexandre-DeSève, dans Le Village.

C'est un défilé très important pour l'avancement des droits LGBT, pour atteindre la pleine acceptation et la reconnaissance sociale, a expliqué le président fondateur de Fierté Montréal, Éric Pineault, en entrevue à La Presse canadienne.

Je tiens à souligner et à remercier cette culture militante qui est si importante dans une ville comme Montréal, entre autres, parce que ça fait avancer notre réflexion, ça nous ouvre l’esprit et ça change le monde. Ça change la société, a souligné la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

C’est un défilé qui s’est transformé au cours des dernières années. Les revendications ont évolué au gré des gains qui ont été obtenus et des nouvelles réalités qui émergent, mais une chose qui ne change pas, c’est l’importance de se rassembler pour rappeler que le Québec est une société inclusive, diversifiée et fière de l’être, a quant à elle indiqué Chantal Rouleau, la ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal et députée de Pointe-aux-Trembles.

François Legault, Valérie Plante, Justin Trudeau, Mélanie Joly et Elizabeth May sont côte à côte en tête du défilé.

Bon nombre de politiciens ont pris part au défilé de la Fierté Montréal dimanche, dont François Legault, Valérie Plante, Justin Trudeau, Mélanie Joly et Elizabeth May.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau a tenu à remercier les chefs des divers partis fédéraux présents.

Je veux aussi souligner, avec grande fierté en tant que politicien canadien, la présence de plusieurs chefs de parti au fédéral, particulièrement Elizabeth May [du Parti vert] et Jagmeet Singh [du Nouveau Parti démocratique]. Merci d’être ici et d’être de fidèles alliés à la communauté LGBT. Il y a bien des choses sur lesquels on est en désaccord, mais ici on va toujours se tenir les uns à côté des autres, a indiqué M. Trudeau.

À noter que ni Andrew Scheer ni Maxime Bernier n'ont participé à l'événement. Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, participait par contre au défilé, tout comme Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire.

C'est très important qu'ils [les politiciens] soient là pour démontrer leur intérêt à la cause. On est devenu l'un des six plus grands festivals au Québec, tous festivals confondus. Alors, c'est une belle croissance. On voit que la population est derrière nous.

Éric Pineault, président fondateur de Fierté Montréal

Selon M. Pineault, près de la moitié des spectateurs sont des gens venus expressément pour le festival de Fierté Montréal, tandis que l'autre moitié est composée de gens qui viennent en famille.

Un char sur lequel on peut voir une drag queen vêtue d'une robe violette.

Au début de la journée, les organisateurs avaient affirmé attendre environ 300 000 personnes, comprenant les 12 000 marcheurs.

Photo : Radio-Canada / Yessica Chavez

Quant aux touristes, près de 25 % proviennent de l'extérieur du Québec, principalement d'Europe.

C'est vraiment drôle lorsqu'on sait qu'on est collé sur les États-Unis et l'Ontario, songe à voix haute M. Pineault. C'est quand même un bon signe. Ça démontre qu'à l'international, le message passe bien aussi.

Même en 2019, c’est encore important de se mobiliser pour défendre nos droits acquis, car rien n’est jamais acquis, et pour tous les nouveaux droits aussi, comme les droits pour les trans, a également dit un jeune Français.

En France, le climat est difficile pour la communauté, c’est un devoir pour moi d’être dans cette parade, a-t-il ajouté.

Un peu plus loin, une jeune femme expliquait qu'il est important de participer à l'événement, notamment avec les élections qui approchent. C’est important de ne pas reculer. Le festival de la Fierté, c’est pour tout le monde, pour montrer qu’on n'est pas invisible, qu’on est là et que tout le monde est le bienvenu, a-t-elle dit.

Des membres du groupe d'aérobie À pieds levés habillés en mauve sautent et manient des pompons dans la rue.

Des membres du groupe d'aérobie À pieds levés ont montré leur savoir-faire pendant le défilé.

Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Provost

Pour Line Chamberland, sociologue et titulaire de la Chaire de recherche sur l'homophobie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), les choses ont beaucoup avancé depuis une cinquantaine d'années.

Il y a une situation d’égalité juridique pour les gais, les lesbiennes et pour les trans, même s’il y a encore quelques inégalités pour les personnes trans au Québec.

Line Chamberland, sociologue et titulaire de la Chaire de recherche sur l'homophobie de l’UQAM

La chercheuse souligne également que le mouvement bénéficie d'une sympathie populaire.

Toutefois, si sur le plan juridique, les choses sont plutôt avancées, le défi reste parfois d'appliquer tout ça dans les vies quotidiennes.

Retombées économiques

Un char lors du défilé de la Fierté avec un homme qui fait des bulles de savon géantes.

Les retombées économiques directes des festivités de Fierté Montréal sont estimées à plus de 15 millions de dollars.

Photo : Radio-Canada / Yessica Chavez

Le défilé était suivi d'une grande fête méga T-Danse au parc des Faubourgs dans Le Village, au rythme de la musique proposée par des DJ afin de clore 11 jours de festivités.

Les retombées économiques directes de l'événement étaient estimées à plus de 15 millions de dollars. L'organisme croit avoir atteint les 2,5 millions d'entrées à ses divers événements, ce que le bilan devra ensuite confirmer.

Le festival de Fierté Montréal a commencé le 8 août dernier, proposant 256 événements où la musique et la danse étaient bien évidemment à l'honneur, tout comme les traditionnels spectacles de drag-queen.

Les visites guidées du Village, qui ont vu le jour il y a quatre ans, ont aussi gagné en popularité, selon M. Pineault.

Ça fait déjà quatre ans qu'on fait ces visites-là. C'est très en demande et c'est l'association des guides de Montréal qui prend en charge ce volet, a-t-il ajouté.

Encore la cible de propos discriminatoires

Des gens marchent en tenant un bout du drapeau arc-en-ciel.

Des participants au défilé de la Fierté Montréal ont porté le drapeau de la communauté LGBTQ tout au long du parcours.

Photo : Radio-Canada / Yessica Chavez

Malgré toute cette ambiance qui est à la fête, il reste encore beaucoup de travail de sensibilisation à faire, de l'aveu du président de Fierté Montréal.

Cette année, on voit un nombre record de propos transphobes et homophobes sur nos plateformes sociales. C'est du jamais-vu! Plus notre notoriété augmente, plus ces commentaires apparaissent.

Éric Pineault, président fondateur de Fierté Montréal

S'il s'agit du 36e défilé de la Fierté dans les rues de Montréal, il faut savoir que le mouvement a été amorcé il y a 40 ans dans la métropole, avec une interruption pendant quatre années dans les débuts de ce défilé qui n'a cessé de prendre de l'ampleur depuis.

La première marche s'est tenue en 1979. Elle était organisée par M. John Banks que nous allons honorer tout juste avant le défilé de cette année. Il y a eu plusieurs organismes, dont Diversité, qui ont pris la relève [...] et c'est Fierté Montréal qui l'organise depuis 2007.

Des gens marchent dans la rue, on voit une voiture avec une licorne gonflable sur le toit.

Le cortège défile sur 2,7 kilomètres, à partir de la rue Metcalfe jusqu'à la rue Alexandre-DeSève, dans Le Village.

Photo : Radio-Canada / Yessica Chavez

Montréal candidate du World Pride 2023

Même s'il reste encore du travail à faire, M. Banks a de quoi être fier de tout le chemin parcouru. La ville de Montréal est candidate pour la tenue du Word Pride en 2023.

Si je peux me permettre l'analogie, le World Pride, c'est un peu les Jeux olympiques de notre communauté, explique Éric Pineault. C'est un grand rassemblement mondial. Cette année, c'était à New York, et ça se promène comme ça aux deux, trois ans partout dans le monde.

Éric Pineault, président fondateur de Fierté Montréal.

Éric Pineault, président fondateur de Fierté Montréal

Photo : Radio-Canada

Mais deux autres villes sont aussi en lice pour cet événement d'envergure qui pourrait faire augmenter considérablement le nombre de visiteurs durant les 11 jours de festivités à Montréal.

Ce serait une édition de Fierté Montréal qu'on pourrait dire sous stéroïdes, affirme son président en riant. À New York, le maire a annoncé trois millions de festivaliers, dit-il un peu rêveur, mais pas moins confiant.

D'ailleurs, toute l'équipe de Fierté Montréal devra voter aux prochaines élections fédérales par anticipation puisque ses membres seront à Athènes la veille, le 20 octobre, pour la conférence où sera annoncée la ville gagnante parmi les candidates : soit Montréal (Canada), Houston (États-Unis) et Sydney (Australie).

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Communauté LGBTQ+