•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Congrès mondial acadien : les racines francophones des grandes villes mises en valeur

Des représentants des villes francophones et francophiles se rencontrent à Moncton.

La mairesse de Moncton, Dawn Arnold, participait à la rencontre du Rendez-vous 2019 du Réseau des villes francophones et francophiles d'Amérique.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Réseau des villes francophones et francophiles d'Amérique profite du Congrès mondial acadien 2019 pour se rencontrer au Nouveau-Brunswick. Une quarantaine de maires et de représentants des municipalités du continent se rencontraient samedi à Moncton.

Il s’agit du 3e rendez-vous du Réseau des villes francophones et francophiles d'Amérique, et le premier qui se déroule à l’extérieur du Québec. Moncton est l’une des trois villes fondatrices du réseau, avec Québec et Lafayette, en Louisiane.

La promotion des produits culturels et le tourisme étaient au centre des discussions. Les maires en ont aussi profité pour échanger sur des sujets comme la dualité linguistique et le patrimoine.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, voit dans le tourisme francophone une incontournable occasion d'affaires. Il souligne que deux des maires de Los Angeles au 19e siècle étaient des natifs du Québec (Damien Marchesseault et Prudent Beaudry).

Un homme debout sur un trottoir.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, est à Moncton en fin de semaine, à l'occasion du Congrès mondial acadien.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Robichaud

Détroit, Milwaukee, Chicago, ça a été créé à l'époque par des Français ou des Canadiens français, poursuit M. Labeaume. Ce qu'on tente de faire ressortir, ce sont les racines, la culture historique des grandes villes nord-américaines - culture francophone - et donc la valoriser, et faire en sorte que pour les villes, ce soit payant, que les touristes veulent aller découvrir les racines francophones des grandes villes.

Le Réseau des villes francophones et francophiles d'Amérique travaille sur des projets de circuits touristiques en langue française, estimant qu’il y a une demande, particulièrement chez les nouveaux retraités.

Il s’agirait d’une clientèle de plus en plus éduquée, et qui manifeste un intérêt pour découvrir ou redécouvrir ses racines, que ce soit en Acadie, en Louisiane ou au Québec.

En Nouvelle-Angleterre, le Réseau développe d’ailleurs une « francoroute » qui couvrira trois États américains. Un circuit similaire est aussi à l'étape de la conception au Nouveau-Brunswick.

Robert Melanson à Moncton au Nouveau-Brunswick le 17 août 2019.

Robert Melanson, directeur du commerce international à la Ville de Lafayette, en Louisiane.

Photo : Radio-Canada

Ce sont des projets qui pourront peut-être s'inspirer du genre de circuit qui existe en Louisiane :

Nous avons une application qui s'appelle Balado, explique dans un français impeccable Robert Melanson, le directeur du commerce international à la Ville de Lafayette. Si on visite plusieurs sites [en Louisiane], on peut télécharger une description du site et son importance pour les francophones.

M. Melanson, qui appelle affectueusement sa région « L'Acadie du sud  », a tenu à souligner samedi l'importance sur le plan touristique des échanges entre l'Acadie et la Louisiane. Il invoquait aussi l'inspiration sur le plan linguistique que représente, à son avis, une ville comme Moncton pour des municipalités comme Lafayette.

Avec les renseignements de Jean-Philippe Hughes

Nouveau-Brunswick

Tourisme