•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Vous leur apprenez à être des prostitués » : une drag queen injuriée lors d'une activité pour enfants

Un homme qui se dispute avec une drag queen, de dos dans l'image.

Les policiers d'Ottawa ont été appelés au Centre communautaire de Westcliffe, samedi.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

« Au nom de Dieu », un groupe de manifestants a interrompu samedi un événement de lecture d'un conte par une drag queen à Ottawa. Le président de Fierté dans la capitale dénonce cet incident, qu'il qualifie d'« aberrant ».

Une centaine de parents et d'enfants étaient présents au Centre communautaire de Westcliffe pour la lecture d'un conte par Adrianna Exposée, une drag queen de la région. Selon l'organisateur, Jean-Philippe Pelchat, le but était de présenter des réalités différentes pour qu'elles deviennent normales aux yeux des enfants.

Lorsque les organisateurs ont demandé aux participants s'ils avaient des questions, à la fin de l'événement, un homme s’est mis à lire des passages de la Bible. Il s'est ensuite adressé à Adrianna, lui demandant comment elle allait expier ses péchés auprès de Dieu.

Je suis habillé, vous êtes habillé comme une prostituée, devant des enfants. Vous leur apprenez à être des prostitués, peut-on entendre dans la vidéo. Tu n'es pas une femme, tu es un homme, monsieur.

L'altercation a duré plusieurs minutes et a été filmée en intégralité par d'autres membres du groupe. Rapidement, M. Pelchat leur a demandé de quitter l'endroit. Des parents ont également pris la défense d'Adrianna.

Le groupe est sorti du centre communautaire et a continué à filmer à l'extérieur. Les policiers sont arrivés rapidement sur les lieux, après avoir été contactés par les organisateurs. Ils ont discuté avec l'homme qui a interpellé Adrianna. Ce dernier a indiqué qu'il ne faisait que suivre le commandement de Jésus.

Le Service de police d'Ottawa n'a pas voulu donner de détails quant à l'incident.

Un geste « aberrant »

Le président de Fierté dans la capitale, Davy Sabourin, a qualifié l'incident de samedi d'aberrant. M. Sabourin a entre autres fait valoir que le but était de promouvoir l’inclusion et la diversité en y exposant les enfants.

D’avoir un individu qui s’emporte et qui, pour toute raison, qui commence à lever le ton, qui cause du trouble, ça peut être traumatisant pour les enfants, a-t-il ajouté.

Des événements comme la Fierté, c’est très important aujourd’hui, en 2019, parce que, comme on peut le voir dans ce contexte-là, la bataille n’est pas terminée.

Davy Sabourin, président de Fierté dans la capitale

Il a toutefois salué le comportement des parents, des organisateurs et d'Adrianna, soulignant qu'il s'agit d'un excellent exemple de solidarité.

Jean-Philippe Pelchat a pour sa part déclaré que l'incident avait gâché la fin de l'activité. Il a cependant remercié les parents qui se sont interposés pour prendre la défense d'Adrianna lors de l'altercation. Malheureusement, c’est un dialogue de sourds. Les personnes arrivent avec leurs idées, ce n'est pas une place pour le dialogue, a-t-il ajouté.

Un couple avec leurs fils dans leurs bras.

M. Maack souligne que sa communauté est un endroit sécuritaire et accueillant pour tous.

Photo : Radio-Canada

Tristan et Michelle Maack ont indiqué qu'il était déplorable que certaines personnes se soient déplacées pour véhiculer ce genre de message. Les parents de deux garçons en bas âge ont apprécié l'activité, mais se désolent de constater qu'il y a toujours des gens qui ne veulent pas accepter la diversité, qui ont peur.

C’est important d’enseigner la diversité à nos enfants, d’accepter tout le monde, que tout le monde peut être ce qu’il veut.

Tristan Maack, père de famille et activiste

Même son de cloche du côté de Lynn Ward, qui était venue démontrer à sa fillette qu’il y a beaucoup de gens dans le monde, qu’on est tous différents. Elle trouve dommage que l'activité se soit terminée ainsi, mais y voit une belle occasion d'apprentissage pour son enfant.

C’est une leçon aussi pour les enfants, pour montrer qu'on ne se laisse pas pousser. On reste calme, si les gens veulent être des intimidateurs, on peut les ignorer, passer à autre chose, a-t-elle fait valoir.

C’est un homme qui voulait exprimer son opinion. Ce n’est pas une opinion que je partage avec lui. Nous, on est plus ouverts à l’amour de différentes façons.

Lynn Ward, mère de famille

Avec les informations de Christelle D'Amours et de Camille Boutin

Ottawa-Gatineau

Communauté LGBTQ+