•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les producteurs laitiers bas-laurentiens accueillent l'aide d'Ottawa avec prudence

Jasmin Benoit et son père Gérald nourrissant les vaches sur leur ferme.

590 fermes laitières seraient opérées seulement au Bas-Saint-Laurent, pour des revenus totaux de plus de 272 millions de dollars par année.

Photo : Radio-Canada / Christine Tremblay

Laurence Gallant

Les producteurs laitiers accueillent favorablement bien qu’avec quelques bémols l’annonce des compensations financières qui leur sont consacrées.

Le président des Producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent, Gabriel Belzile, estime qu'Ottawa a entendu les producteurs qui ont été touchés par les plus récents accords internationaux, le Partenariat transpacifique (PTP) et l'accord avec l'Union européenne (AECG).

Les compensations s’élèvent à 1,75 milliard de dollars au pays sur huit ans. Une somme d’environ 75 millions de dollars sera allouée pour les producteurs du Bas-Saint-Laurent, selon le syndicat.

Concrètement, pour une ferme de taille moyenne pourvue de 80 vaches, les producteurs obtiendront 28 000 $ la première année et 14 000 $ les années suivantes. Cette annonce était espérée avant les élections fédérales d’octobre.

Gabriel Belzile devant une des silos de ferme à Saint-Clément

Gabriel Belzile, président des Producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Le président des Producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent affirme qu’il s’agit d’une bonne nouvelle pour les producteurs de lait, bien qu’il demeure sur ses gardes face aux répercussions qu'aura la ratification de l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM), qui est encore à venir.

Il y a une perte absorbée par les producteurs laitiers et cette perte-là vient gruger un peu avec ce qui se passe présentement, dans la conjoncture où les prix du lait sont faibles, bien ça vient affaiblir la rentabilité sur les fermes. La compensation vient juste un peu mettre un baume sur ça, indique Gabriel Belzile.

Le président confirme que ces compensations n'épongent pas toutes les pertes engendrées dans les dernières années.

Réaction douce-amère à Saint-Cyprien

Dave Labrie, qui tient une petite ferme familiale, accueille cette nouvelle avec prudence. C'est un plus, oui, sauf que j'ai des réserves, affirme-t-il.

Dave Labrie pose dans son étable, les vaches en arrière plan

Dave Labrie, propriétaire de la ferme Charluson à Saint-Cyprien

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Le producteur affirme avoir connu des années difficiles notamment avec la baisse du prix du lait, et il craint que le pire ne soit à venir pour les producteurs laitiers.

Peu importe le gouvernement souvent, quand on donne l'argent, au bout d'un certain temps, ils vont aller le rechercher ailleurs. Moi je pense qu'on a les fleurs, le pot va suivre après les élections.

Dave Labrie, producteur laitier et propriétaire de la ferme Charluson

Les producteurs laitiers aimeraient voir la fin des brèches dans le système de la gestion de l'offre pour l'avenir.

Le syndicat indique que 590 fermes laitières sont opérées seulement au Bas-Saint-Laurent, pour des revenus totaux de plus de 272 millions de dollars par année.

Bas-Saint-Laurent

Agriculture