•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dernier hommage à Stéphane Roy et à son fils

Le reportage de Sébastien Desrosiers.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Desrosiers

Radio-Canada

Les funérailles du patron de Savoura, Stéphane Roy, et de son fils Justin étaient célébrées aujourd'hui à la cathédrale de Saint-Jérôme, dans les Laurentides.

Le 25 juillet dernier, M. Roy et son fils âgé de 14 ans avaient été retrouvés sans vie après deux semaines de recherches, à la suite de l'écrasement de leur hélicoptère, près du lac Valtrie, au nord du parc national du Mont-Tremblant, dans les Laurentides.

L'évêque Raymond Poisson qui a célébré la cérémonie a confié qu'il s'agit de circonstances terribles qu'on ne peut pas imaginer, mais, aujourd'hui c'est l'occasion, au contraire, pour remercier, pour dire tout ce qu'il y a de beau et de bon et continuer la route.

Daniel Roy, l'un des frères de l'homme d'affaires, lui a rendu hommage durant l'office.

Il m'a appris à foncer et à persévérer dans la vie. C'est ce qu'il faisait à longueur de journée depuis qu'il était tout petit.

Daniel Roy

M. Roy a cité en exemple les 50 heures de travail effectuées l'été, dès l'âge de 11 ans, chez un agriculteur du coin.

Des proches sont aussi venus parler de Justin et de ses nombreux talents, notamment pour la pêche. Il était inscrit à l'école secondaire d'Oka.

Stéphane Roy et son fils portant chacun un chapeau, sourient à la caméra.

Stéphane Roy et son fils de 14 ans, Justin

Photo : Facebook

Avant-gardiste

Stéphane Roy était le président de Sagami-Savoura qui se spécialise dans la production de tomates sur une douzaine de sites. Pour lui rendre hommage, certains des 400 employés de l'entreprise avaient stationné leur camion de livraison devant la cathédrale.

Le ministre québécois de l'Agriculture, André Lamontagne, faisait partie des centaines de personnes qui ont tenu à rendre hommage aux défunts. Il laisse un héritage important, a souligné le ministre, qui décrit Stéphane Roy comme quelqu'un d'avant-gardiste.

En décembre 2017, à moins d'un an de la légalisation de la consommation du cannabis à des fins récréatives au Canada, M. Roy avait effectué une sortie médiatique pour affirmer que son entreprise n'avait pas l'intention de se lancer dans la production de marijuana, perçue comme un marché très lucratif par plusieurs.

Il avait souligné avoir pris cette décision, malgré les propositions de plusieurs partenaires potentiels, dans le but de réduire de plus en plus la dépendance du Québec en fruits et légumes provenant de l'extérieur.

La disparition de l’homme d’affaires de 55 ans et de son fils, qui revenaient d’un voyage de pêche, avait entraîné un élan de solidarité parmi la population.

Les circonstances précises de leur décès font l’objet d’enquêtes du Bureau de la sécurité des transports et du coroner.

Avec les informations de Sébastien Desrosiers

Grand Montréal

Justice et faits divers