•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Collectes de déchets en retard : 10 500 $ d’amende pour Derichebourg

Plusieurs camions de la compagnie Derichebourg.

De nombreuses collectes de matières résiduelles ont été retardées en juillet (archives).

Photo : Radio-Canada

Dominique Degré

Gatineau a imposé 10 500 $ d’amendes à Derichebourg, l’entreprise responsable de la collecte des déchets sur le territoire, à la suite de nombreux retards dans les collectes en juillet dernier. D’après des documents obtenus en vertu de la Loi sur l'accès aux documents des organismes publics la compagnie est aux prises avec de sérieux problèmes de personnel qui ont compromis ses activités.

Mercredi 3 juillet. La Ville de Gatineau apprend que Derichebourg ne sera pas en mesure de faire la collecte des déchets de construction comme prévu. Cette situation est tout simplement inacceptable , a écrit le coordonnateur de la gestion des matières résiduelle pour la Ville, Bruno Desautels, dans un courriel adressé au sous-traitant.

Les fonctionnaires municipaux convient les représentants de Derichebourg à une rencontre le lendemain, au cours de laquelle le sous-traitant assure qu’il pourra rattraper les retards d’ici le vendredi 5 juillet.

Mais les retards continuent de s’accumuler et touchent d’autres collectes. Le 4 juillet, la Ville impose une première pénalité de 500 $ à Derichebourg en raison de retards dans la collecte du compost dans l’est de Gatineau.

Le 10 juillet, la directrice des services de l’environnement, Chantal Marcotte, écrit que les collectes [accusant des retards] ne furent complétées que le lundi 8 juillet en milieu de journée.

Ce défaut de collecte ne peut être expliqué par des circonstances externes à votre organisation et est considéré comme une infraction majeure , a-t-elle ajouté. Cette première infraction coûtera 5000 $ à Derichebourg.

Un bac gris de 120 litres distribués par la Ville de Gatineau avec de nombreux sacs de déchets.

Bon nombre de collectes ont été affectées par les problèmes de Derichebourg (archives).

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Gatineau a également imposé une seconde amende de 5000 $ à la compagnie le même jour, car elle n’a pas été en mesure de compléter une collecte de résidus de construction dans les deux premières semaines de juillet, tel que le stipule l’entente entre les parties.

Au téléphone, le directeur des activités canadiennes de Derichebourg, Cyrille Nottoli, affirme ne pas vouloir commenter ce dossier avant d’avoir rencontré des représentants de la Ville de Gatineau.

Une rencontre est d’ailleurs prévue à la fin août. Durant cette réunion, il sera question des amendes et des relations entre la Municipalité et l’entreprise.

Problèmes de main d’œuvre

Nous sommes en constant recrutement, ce qui génère aussi des difficultés de formation et d’efficacité des équipes présentes sur le terrain, a plaidé pour sa défense M. Nottoli dans un courriel daté du 3 juillet.

Les problèmes de main-d’œuvre de Derichebourg touchent la collecte de l’ensemble des flux. M. Nottoli a écrit que l’entreprise tente de procéder à des embauches de masse depuis plusieurs semaines.

Deux éboueurs collectent des déchets.

Derichebourg éprouve des problèmes de main-d'oeuvre, ce qui cause des retards pour certaines collectes (archives).

Photo : Radio-Canada

Impossible cependant de savoir si les efforts ont porté leurs fruits, puisque ces informations sont caviardées dans les documents obtenus par Radio-Canada.

Les propos de M. Nottoli confirment ce qu’avançait en juillet le syndicat des éboueurs. Les gens viennent travailler [et] lancent la serviette et ce n’est pas long, avait alors lancé John Caluori, représentant syndical chez Unifor.

C’est catastrophique, quand on n’est pas capable de retenir la main-d’œuvre qui est qualifiée.

John Caluori, représentant syndical, Unifor

Le syndicat ira par ailleurs en arbitrage avec la partie patronale les 25 et 26 août prochains en vue d’obtenir un premier contrat de travail.

Ce [10 500$] d'amendes, on ne le verra jamais dans la masse salariale, a noté dimanche M.Caluori.

Un second épisode de retards

Même après avoir reçu ses amendes, Derichebourg n’est pas au bout de ses peines. Durant la semaine du 8 juillet, les représentants de la société française ont écrit à la Ville pour l’aviser qu’elle anticipait à nouveau des retards pour les collectes de différentes matières résiduelles.

Cette fois, le fournisseur de services estime qu’il sera capable de combler les retards le dimanche 14 juillet.

Jean-François Bélanger, le directeur des opérations pour Derichebourg à Gatineau, a rapporté dans un courriel daté du 11 juillet que deux camions étaient momentanément hors d’usage en raison d’un bris mécanique.

M. Bélanger a souligné dans son message que Derichebourg a dû faire appel à deux camions d’une autre entreprise pour l’aider dans ses efforts. Deux jours plus tard, pour aider avec les collectes et afin de permettre aux salariés de Gatineau de récupérer des derniers jours, M. Nottoli a annoncé par écrit que neuf équipages de Montréal ont été appelés en renfort.

Cette fois, l’entreprise a été capable de rattraper son retard dans les délais qu’elle avait prévus.

En entrevue à Radio-Canada, dimanche, le directeur du service des communications de la Ville de Gatineau, Jean Boileau, a assuré qu'aucune nouvelle infraction n'a été commise par l'entreprise depuis juillet.

Il a par ailleurs soutenu que des rencontres ont lieu entre la Ville et l'entreprise lorsque le besoin se manifeste pour s'assurer de la qualité du service. Il y a des relations continues avec l'entreprise. Au niveau des termes de l'entente, le service a été rendu, a-t-il mentionné.

Avec les informations d'Antoine Trépanier

Ottawa-Gatineau

Politique municipale