•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La promesse d’une école à Transcona, une bonne nouvelle pour les parents

Des élèves en 3e année à l'école Taché dans le quartier de Saint-Boniface.

Des parents d'élèves espèrent que la construction d'une école à Transcona permettrait de désengorger l'école Taché.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Parmi les promesses électorales du Parti conservateur qui ont été annoncées cette semaine : la construction de 13 nouvelles écoles, dont 3 à la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) dans les quartiers de Winnipeg Transcona et Sage Creek ainsi qu'à Brandon. Pour les parents ces constructions seraient la fin de plusieurs années d'attente.

Jill Zappia est une ancienne présidente du comité de parents de l'école Taché et est membre d'un groupe qui milite pour une école francophone dans le quartier Transcona.

Pour elle, l’annonce de Brian Pallister est excitante.

On verra après les élections, si c’est un gouvernement conservateur, à quel point c’est sérieux, nuance-t-elle tout de même en ajoutant qu'il faut une école de maternelle à la 8e parce qu’en ce moment les élèves de la 7e et 8e année de l’école Taché s’en vont à Louis Riel.

En juin Jill Zappia et d’autres parents étaient justement venus devant la Commission scolaire franco-manitobaine (CSFM) pour faire officiellement part de leur de demande de construire une école francophone dans le quartier Transcona.

La CSFM de son côté ne fait pas la sourde oreille et militait déjà ardemment auprès du gouvernement pour l’ouverture de nouvelles écoles.

Selon le président de la CSFM, Bernard Lesage, les trois écoles que promet Brian Pallister sont là où la division scolaire en demande.

Le quartier de Transcona est d’ailleurs un quartier où un peu plus de 9 % de la population parle français selon les derniers chiffres du recensement de 2016.

Selon ces données ce sont ainsi 3 360 francophones qui vivent dans ce quartier du nord-est de Winnipeg.

Selon Jill Zappia, faute d’école de la DSFM, les parents du quartier se replient sur d’autres solutions.

Les familles hors de la ville ou éloignées des environs finissent par choisir des écoles d’immersion de la zone nord-est, affirme-t-elle.

En attendant de voir véritable naître une nouvelle école francophone, Jill Zappia et d’autres militants continuent de faire leur possible pour rencontrer les familles sur place et établir une liste de partisans afin de faire davantage pression sur le futur gouvernement manitobain.

Manitoba

Politique provinciale