•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boisbriand : cinq cas de rougeole dans la communauté hassidique

Une mère tient son enfant qui se fait vacciner contre la rougeole à Boisbriand

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Cinq cas de rougeole ont été découverts dans la communauté hassidique de Boisbriand, qui compte 3000 membres. Ce sont les premiers cas détectés dans toute la région des Laurentides depuis 2011.

La direction de la santé publique a, de ce fait, lancé une campagne de vaccination à laquelle les leaders de la communauté hassidique collaborent. Aucune objection religieuse ne s'est manifestée au sein de la communauté quant à la vaccination des membres.

Le cinquième cas a été détecté dans une école la semaine dernière.

Comme on a eu un cas dans une école, on est allé faire la vérification des carnets hier [jeudi]; ça se passe bien jusqu’à maintenant. Je pense que la meilleure approche, c’est vraiment une approche de collaboration avec les membres de la communauté.

Dr Éric Goyer, directeur de la santé publique des Laurentides et de la région Nord-du-Québec

L’infection semble avoir été transmise par des membres d’une communauté hassidique de New York qui ont séjourné à Boisbriand.

Lorsqu’il y a eu une éclosion de rougeole à New York au printemps, la communauté hassidique a été la cible de critiques qui accusaient ses membres d’être les vecteurs de l’infection.

Pour éviter ce genre de situation, les membres de la communauté hassidique de Boisbriand ont ouvert les portes aux médias.

On ne veut pas d’idée fausse, on ne veut pas qu’il y ait la crainte que la communauté propage la rougeole. À New York, nous avons été la cible d’attaques en ce sens.

Eli Weiss, responsable de la sécurité civile de la communauté hassidique de Boisbriand

Les enfants qui ne sont pas vaccinés pourraient être empêchés de se rendre à l’école au cours des 14 prochains jours.

Avec les informations de Davide Gentile

Grand Montréal

Santé publique