•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

200 000 $ pour tester un équipement de pêche aux pétoncles aux Îles

Des pêcheurs de pétoncles rentrent au quai de Cap-aux-Meules avec leurs prises du jour.

Des pêcheurs de pétoncles rentrent au quai de Cap-aux-Meules avec leurs prises du jour. (archives)

Photo : Radio-Canada / Claude Brunet

Brigitte Dubé

L'Association des pêcheurs de pétoncles des Îles-de-la-Madeleine reçoit plus de 200 000 $ en vertu du Fonds des pêches du Québec. Cet argent permettra aux pêcheurs de faire l’essai d'un nouveau type de drague à pétoncles géants, de type « N-viro », plus respectueux de l’environnement.

Selon le président de l’Association des pêcheurs des Îles-de-la-Madeleine, Jocelyn Thériault, l’équipement présente beaucoup d’avantages pour la pêche aux gros pétoncles.

Avec les dragues conventionnelles, on gratte le fond et on ramasse beaucoup de cailloux, explique-t-il. On remonte tout ça et on se retrouve avec des tonnes de roches et il y a des pétoncles à travers ça. Mais avec la N-viro, ce sont des ressorts enlignés de façon à ce que la roche ne peut pas passer, mais que les pétoncles peuvent se faufiler à l’intérieur de la drague.

Tu sauves beaucoup de "fuel" parce que c’est beaucoup moins pesant. Aussi, il y a beaucoup moins d’impact sur les fonds marins.

Jocelyn Thériault, président de l’Association des pêcheurs des Îles-de-la-Madeleine

Deux bateaux vont effectuer les tests. Selon M. Thériault, les résultats seront divulgués l’an prochain.

Cette drague vaut environ 30 000 $. Jocelyn Thériault a bon espoir que les pêcheurs pourront obtenir de l’aide financière pour l’acquérir.

Selon lui, il y a 23 pêcheurs de pétoncles dans l'archipel. Chaque pêcheur rapporte de 5000 à 6000 livres par année. Le prix au débarquement cette année est de 12 $ la livre.

La ministre en conférence de presse devant des journalistes et des pêcheurs.

La ministre du Revenu national et députée de Gaspésie−Îles-de-la-Madeleine, Diane Lebouthillier, s'est rendue aux Îles vendredi pour faire l'annonce de ce projet.

Photo : collaboration bureau Diane Lebouthillier

La ministre du Revenu national et députée de Gaspésie−Îles-de-la-Madeleine, Diane Lebouthillier, était aux Îles vendredi pour annoncer cette contribution gouvernementale.

On veut profiter de l’expérience des pêcheurs en concertation avec les scientifiques, explique la ministre Lebouthillier, dont ceux du Centre d'innovation de l'aquaculture et des pêches du Québec, Merinov, pour avoir des pêches de plus en plus écoresponsables.

Mme Lebouthillier a rappelé que le gouvernement fédéral a investi 30 millions de dollars dans le Fonds des pêches alors que Québec y contribuait pour 13 millions. Il a été créé dans un souci d’équité avec les provinces maritimes qui avaient obtenu un fonds semblable à hauteur de 325 millions de dollars, a-t-elle précisé. D’autres projets ont été présentés—ou le seront—et sont en cours d’analyse.

Si les essais sont concluants, les autres pêcheurs de pétoncles du Québec pourront profiter de cette technologie.

Le Fonds des pêches du Québec est le fruit d’une collaboration entre Ottawa et Québec.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Industrie des pêches