•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La gestion des 737 MAX cloués au sol donne des maux de tête aux transporteurs

Une dizaine d'appareils Boeing 737 MAX sont posés sur le terrain extérieur d'une usine.

Des appareils Boeing 737 MAX sont cloués au sol à l'usine de Boeing à Seattle le 1er juillet 2019.

Photo : Reuters / Lindsey Wasson

La Presse canadienne

Les deux plus grandes compagnies aériennes du pays empruntent des voies différentes pour gérer leurs Boeing 737 MAX 8 cloués au sol, à un moment où l'interdiction de vol toujours en vigueur de cet appareil provoque des turbulences dans l'industrie.

Air Canada envisage d'envoyer ses 24 appareils 737 MAX 8 dans le désert, où la chaleur et le climat sec préviennent la corrosion provoquée par la pluie, la neige, le grésil et la glace.

En raison de l'incertitude entourant les approbations réglementaires requises pour la remise en service du Boeing 737 MAX, nous continuons de mettre à jour nos plans, y compris en ce qui concerne les avions 737 MAX de notre flotte. Une option envisagée est le déplacement des avions dans le désert.

Angela Mah, porte-parole d'Air Canada

En Amérique du Nord, la plupart des emplacements sont situés dans le sud-ouest des États-Unis. Southwest Airlines, qui compte 34 avions 737 MAX dans sa flotte, a opté pour le désert de Mojave, en Californie.

WestJet a plutôt décidé de garer ses 13 MAX 8 dans ses hangars canadiens, où on voit régulièrement à leur maintenance et, une fois par semaine, à faire tourner leurs moteurs.

Ces plans de contingence imprévus constituent un autre inconvénient pour les compagnies aériennes, auxquelles Boeing donne du fil à retordre, puisque le 737 MAX est cloué au sol à la suite des deux écrasements tragiques qui sont survenus en octobre et en mars, et qui ont coûté la vie à 346 personnes, dont 18 Canadiens.

Le président et chef de la direction d'Air Canada, Calin Rovinescu, avait déclaré, le mois dernier, que le transporteur était touché par cet « enjeu complexe », qui a un impact négatif sur sa capacité à transporter des passagers en plus de faire grimper ses coûts.

Les 24 avions 737 MAX représentent environ 20 % de la flotte d'appareils à fuselage étroit d'Air Canada et devraient transporter en moyenne quelque 11 000 passagers quotidiennement.

Pour sa part, le chef de la direction de WestJet, Ed Sims, a récemment déclaré à La Presse canadienne, au cours d'une entrevue, que la situation actuelle avait eu un impact négatif important sur les activités de l'entreprise, obligeant celle-ci à réduire son nombre de liaisons et à augmenter ses dépenses en carburant.

Sunwing, qui compte quatre 737 MAX 8 dans sa flotte, a indiqué qu'environ 3000 vols avaient été touchés au cours de l'été. La compagnie estime qu'elle ne sera pas en mesure de compter sur l'avion construit par Boeing avant la mi-mai 2020 au moins.

Au cours d'un entretien téléphonique, Robert Kokonis, président de la société de conseil torontoise AirTrav, a souligné qu'il y avait des inconvénients en matière de coûts pour déplacer des avions vers des endroits très éloignés.

Vous allez devoir [faire voler l'avion sans passagers]. Vous devrez payer pour garer l'avion. Puis, quand il sera prêt à être ramené, vous devrez envoyer une équipe et la préparer à reprendre l'avion, avec un vol pour revenir à la case départ.

Robert Kokonis, président de AirTrav

Industrie aéronautique

Économie