•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Valois-Fortier attaque les mondiaux de judo dans sa forme d'antan

Antoine Valois-Fortier

Antoine Valois-Fortier

Photo : Radio-Canada / Éric Santerre

Guillaume Piedboeuf

À quelques jours de s’envoler vers le Japon pour participer aux Championnats du monde de judo, Antoine Valois-Fortier estime être dans sa meilleure forme physique et mentale depuis longtemps.

Après des années à tout essayer pour régler ses maux de dos sans passer sous le bistouri, le judoka de Québec s’était résigné l’été dernier à subir une opération majeure pour soigner deux hernies discales.

Un an plus tard, Valois-Fortier ne peut que se féliciter de sa décision.

Ça m’a libéré d’une douleur physique, mais aussi psychologique. Quand tu as constamment une petite douleur ou un petit bobo qui vient semer un doute entre tes deux oreilles, c’est dur de bien performer. C'est un gros poids en moins sur mes épaules et je trouve même un peu dommage de ne pas l’avoir fait plus tôt, explique l’athlète de 29 ans.

Revenu à la compétition en février après huit mois loin du tatami, le médaillé de bronze aux Jeux olympiques de Londres n’a pas tardé à rétablir sa place dans l’élite mondiale. Monté quatre fois sur le podium de Grands Prix depuis avril, Antoine Valois-Fortier a également remporté les championnats panaméricains.

Une générale en vue des Jeux de Tokyo

J’étais un peu rouillé à mon retour. Mais lors de chaque compétition, je voyais des améliorations physiquement et tactiquement. En ce moment, tout laisse croire que j’ai retrouvé ma forme d’antan.

Les mondiaux représentent évidemment la compétition la plus importante de la saison, mais aussi le début d’une année olympique qui culminera aux Jeux de Tokyo du 24 juillet au 9 août 2020.

À un an des Jeux, on va dans la même ville, affronter les mêmes athlètes que l’on va rencontrer aux Olympiques. Tous les pays et tous les athlètes sont là. C’est une excellente pratique.

Valois-Fortier est projeté au sol par Nagase

Antoine Valois-Fortier lors de sa défaite face à Takanori Nagase aux Jeux olympiques de Rio.

Photo : AFP/Getty Images / TOSHIFUMI KITAMURA

Nagase, la bête noire

Déjà détenteur de médailles de bronze et d’argent des Championnats du monde, Valois-Fortier est en droit d’espérer ajouter l’or à sa collection, le 28 août. Mais pour se faire, il devra possiblement vaincre sa bête noire, le favori de la foule Takanori Nagase.

Ce même Nagase qui avait éliminé le Québécois des Jeux de Rio et qui l’a battu en finale des Grands Prix de Montréal et Zagreb, en juillet.

Je n’ai pas encore réussi à la battre. C’est un des plus grands athlètes qu’a produit le Japon. Ça fait plusieurs années qu’il remporte de grosses compétitions sur le circuit et je n’ai pas encore trouvé la faille, malheureusement. Mais je suis confiant de l’a trouver d’ici Tokyo.

Guerre fratricide entre Québécois

S'il a participé aux deux derniers Jeux olympiques d’été, la place de Valois-Fortier dans la délégation canadienne à Tokyo est encore loin d’être assurée. C’est que son coéquipier au Centre national d’entraînement de Montréal, le ‎Septilien Étienne Briand, fait lui aussi partie de l’élite mondiale chez les moins de 81 kilos. D’ici au mois de mai, les deux judokas québécois se battront donc pour l’unique place disponible dans la délégation canadienne.

Les championnats du monde sont une étape importante dans la qualification, mais je risque de participer à trois ou quatre autres compétitions d’ici la fin de l’année, relate Antoine Valois-Fortier.

Après avoir connu l’ivresse d’une médaille olympique inespérée à Londres et la déception d’une défaite en prolongation contre l’éventuel vainqueur de la médaille d’or, à Rio, le protégé de Nicolas Gill entame sa marche vers ses troisièmes Jeux avec plus de maturité, sans trop se mettre de pression.

Je suis beaucoup plus serein qu’avant. J’ai du plaisir à pratiquer mon sport, surtout que je suis en santé, et je veux seulement continuer à m’amuser, conclut celui qui prend l’avion pour Tokyo dès lundi, histoire de se donner le temps de s’habituer au décalage horaire avant sa journée de compétition.

Judo

Sports