•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La famille Peters, victime des feux de forêt: « Tous nos souvenirs sont partis en fumée »

La famille Peters de dos fait face au trou laissé par la démolition de sa maison brûlée.

La famille Peters souhaite reconstruire sa maison, mais en attendant elle va devoir vivre face au trou laissé par la démolition de sa maison brûlée.

Photo : CBC / Nathan Gross

Axel Tardieu

La saison des feux de forêt n'a pas été de tout repos, ce printemps, surtout pour les Albertains dans le nord de la province. Le comté de Mackenzie a connu des semaines particulièrement douloureuses. Près du village de La Crete, les flammes s'étendaient sur plus de 300 000 hectares. Des dégâts matériels pour les familles qui ont perdu leur maison et des souvenirs qui s'envolent à jamais.

La famille Peters a tout perdu du jour au lendemain. Le 29 mai, dans l'après-midi, une alerte d'évacuation est donnée dans la région par les autorités. Helen, Herman et leurs six enfants quittent la ferme qu'ils habitent, espérant que les pompiers puissent sauver leur maison.

Avec mon frère, on a vite rangé les équipements de la ferme dans un endroit sûr avant de partir. Les pompiers étaient censés revenir pour vérifier l’état de la maison, explique Herman Peters, le père de famille. Mais le feu était trop près, ils n’ont rien pu faire, poursuit Helen, sa femme, la tête baissée.

Le lendemain, ils apprennent que leur maison a été rasée par les flammes. La famille est terrassée.On l'aimait, notre maison, dit le père de famille en larmes. On avait passé beaucoup de temps à la construire, on avait presque fini de la payer. Mais maintenant, il n’y a plus rien.

Herman Peters en larmes.

Plus de deux mois après le drame, Herman Peters est encore très ému.

Photo : CBC / Nathan Gross

La maison à La Crete, dans le nord de l’Alberta, appartenait au couple depuis son mariage et contenait des années de souvenirs.

Les membres de la famille se sont réinstallés sur leur terrain quelques jours plus tard et vivent depuis deux mois dans une caravane et une maison préfabriquée, en compagnie d'un septième enfant, né deux semaines après le drame.

Tous nos souvenirs sont partis en fumée. On doit recommencer à zéro, mais je veux reconstruire notre maison. C’était notre rêve.

Herman Peters, exploitant agricole

430 000 hectares brûlés

La famille Peters est l'une des seules dont la maison a brûlé cet été dans cette section de l'Alberta, qui a été la plus touchée par les flammes.

Près d'un feu de fôret sur cinq enregistrés en 2019 a eu lieu dans la région de High Level, dans le nord de la province. Plus de 430 000 hectares de forêts et de champs ont brûlé.

Vue en hélicoptère des forêts brûlées dans le comté de Mackenzie, dans le nord de l'Alberta.

Les feux de forêt survenus au printemps et au début de l'été en Alberta ont été parmi les plus dévastateurs.

Photo : CBC / Nathan Gross

La situation est critique pour Joe Peters, qui a dû abandonner son exploitation durant un grand nombre de jours à cause des incendies. Ce fermier du comté de Mackenzie fait pousser des céréales depuis 1991. S'il a beaucoup perdu depuis le mois de mai, il reste optimiste.

Ceux qui n'avaient jamais vécu un tel désastre ne savaient pas comment réagir, explique-t-il. Mais ça nous a ouvert les yeux. Des structures ont brûlé, mais on s'en est sorti dans l'ensemble.

Le fermier Joe Peters nourrit ses poules.

Joe Peters a dû abandonner sa ferme et ses poules à l'arrivée des flammes à la fin du mois de mai.

Photo :  CBC / Nathan Gross

Plus de consultations à l'avenir

Joe Peters veut aller de l'avant et être mieux préparé pour l'été prochain. Un souhait qu'a également le député de Peace River, Dan Williams.

Je souhaite que le gouvernement provincial nous consulte davantage pour trouver des solutions. Nos fermiers connaissent ces terres mieux que qui que ce soit et savent comment éviter les dommages des feux des prochaines années, affirme M. Williams.

Selon lui, il y a une déconnexion culturelle avec le reste du pays, qui ne comprend pas que l'avenir des Albertains dépend des terres et de leur santé.

L'espoir que les agriculteurs de la région caressent maintenant, c'est de ne pas voir les gelées précoces arriver au début du mois de septembre.

Avec les informations de Paige Parsons, CBC News

Alberta

Feux de forêt