•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Homme blessé par balle à Sherbrooke : le suspect fait face à 8 chefs d’accusation

Joël Lussier Demers entre au palais de justice de Sherbrooke.

Joël Lussier Demers fait face à 8 chefs d’accusation.

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Rousseau

Radio-Canada

Joël Lussier Demers, l'homme arrêté en lien avec la tentative de meurtre survenue mercredi soir sur la rue Évangéline, à Sherbrooke, fait face à 8 chefs d’accusation.

Sept des huit chefs d'accusation dont l'homme de 25 ans fait face concernent l’événement de mercredi, alors qu'un autre est un bris de condition.

Il est accusé de vol qualifié en utilisant une arme à feu, d’avoir causé des lésions corporelles, de s’être déguisé avec une cagoule dans l’intention de commettre un acte criminel, d’avoir utilisé une arme à feu de manière négligente, d’avoir entreposé des armes à feu en contrevenant à un règlement de la loi sur les armes à feu, de possession d’une arme à feu sans permis et de possession d’une arme à feu chargée sans permis.

Le dernier chef d’accusation concerne le non-respect d’une ordonnance qui l'empêchait d’être en possession d’une arme à feu.

Joël Lussier Demers s'est présenté jeudi soir au poste de police de Sherbrooke en soutenant être le responsable du crime.

Le suspect est connu des milieux policiers. Il était recherché par mandat d'arrestation, une perquisition a eu lieu avec l'aide de notre groupe d'intervention. L'arme à feu qui a servi dans la tentative de meurtre a été retrouvée, explique Martin Carrier, porte-parole du Service de police de Sherbrooke (SPS).

Le suspect a été interrogé et a comparu aujourd'hui au palais de justice de Sherbrooke.

D'autres arrestations pourraient se faire dans ce dossier, l'enquête du SPS se poursuit.

Véronique Gingras-Gauthier, la procureure aux poursuites criminelles et pénales, a objecté pour la remise en liberté de l’accusé pour deux raisons. Premièrement, à cause de la gravité des accusations et particulièrement pour un individu qui avait une interdiction de porter une arme à feu, explique-t-elle. Et, deuxièmement, parce qu'il y avait un risque de récidive considérant le profil de l'accusé.

Rappelons que la victime, un homme de 44 ans, circulait à vélo dans le stationnement d'un immeuble à logements de la rue Évangéline, vers 20h50 mercredi, et c'est à ce moment qu'il a été atteint par balle.

Il est à l'hôpital et on ne craint pas pour sa vie selon le Service de police de Sherbrooke.

Estrie

Justice et faits divers