•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’industrie de la construction lourde s’alarme de la diminution des contrats publics

Radio-Canada

Des entreprises qui œuvrent dans la construction lourde tirent la sonnette d'alarme sur la diminution des budgets publics. Plusieurs entreprises du bâtiment s’adaptent et diversifient leurs activités en conséquence.

Dans le budget du gouvernement provincial 2019, quelque 350 millions de dollars ont été alloués pour la réfection des routes. Une somme qui pour plusieurs entrepreneurs n’est pas suffisante.

Pour s’adapter aux évolutions du marché, certaines entreprises ont même décidé de vendre une partie de leur parc de véhicules. C'est le cas de Hugh Munro Construction.

Nous allons dans une autre direction, explique Colleen Munro, présidente-directrice générale de l'entreprise. Notre industrie a été lourdement touchée par les compressions budgétaires et c'est le temps de se repositionner.

Ce sont ainsi 1400 véhicules que l’entreprise mettait aux enchères jeudi.

C'est un triste moment, mais il faut regarder vers l'avant, affirme le contremaître Dany Gare.

Selon Chris Lorenc de l'Association de la construction lourde du Manitoba, il est nécessaire que les budgets d'infrastructures des gouvernements soient prévisibles, durables et croissants afin de soutenir l'industrie.

Il ajoute que les budgets devraient être soutenus par un plan d'au moins cinq ans, afin que l'industrie soit en mesure de se préparer aux priorités de la Province.

Colleen Munro souligne toutefois que la baisse des budgets n’est pas sa seule raison de changer quelque peu son fusil d’épaule.

L’augmentation des chantiers en dehors de la ville, le manque de main-d’oeuvre et des changements de mentalité dans l’industrie ont aussi leurs effets.

Quand j’étais plus jeune, mon père partait sur des chantiers pendant des jours et ma mère restait à la maison. Aujourd’hui, plus de femmes travaillent et les ouvriers doivent pouvoir revenir à la maison pour s’occuper des enfants. Ça crée de nouveaux défis en gestion des ressources humaines, explique-t-elle.

Reste que la situation ne fait pas figure d’impasse pour tous. Jeff Dubonski, directeur d’Armstrong Construction, est venu acheter à la vente aux enchères.

Le marché fluctue toujours avec des hauts et des bas. Maintenant c’est plus bas que ça ne l’a été depuis un moment, mais je reste toujours optimiste sur le fait que le vent finira par tourner. C’est toujours comme ça. On doit se diversifier parce que sinon c’est là où votre entreprise a des problèmes, dit-il.

Colleen Munro n'a d’ailleurs pas l'intention de baisser les bras et son plan B est déjà prêt.

Nous avons aussi un autre produit pour contrer les entrées par effraction dans la province à cause de la crise de la méthamphétamine: les vitres incassables, conclut-elle.

Avec des informations d’Ezra Belotte-Cousineau

Manitoba

Industrie de la construction