•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier refuge pour jeunes caribous proposé en Alberta

.

Deux caribous au pelage blanc et brun dans un paysage hivernal.

Le plan provincial pour protéger les caribous en Alberta se met tranquillement en marche.

Photo : Katrina Noel

Mirna Djukic

Un refuge pour l’élevage de jeunes caribous devrait être construit cet hiver dans le nord-ouest de l’Alberta. Ce projet de 8,9 millions de dollars vise à aider la population sauvage de Little Smoky à se rétablir, mais selon certains organismes de protection de la faune, ce n’est pas la bonne façon de s'y prendre.

Le gouvernement albertain a entamé les démarches pour construire ce refuge près de Grande Cache, à environ 300 kilomètres à l’ouest d’Edmonton. Il s’agirait d’un espace clôturé de 48 km2, où les faons pourront grandir à l’abri des prédateurs.

Le but est de réduire leur taux de mortalité pour qu’ils puissent rejoindre plus tard les 110 autres spécimens de la harde de Little Smoky en liberté.

Le caribou est une espèce menacée, qui vit uniquement au Canada et en Alaska. La harde de Little Smoky est une des 15 populations de caribous en Alberta. Selon le dernier rapport du gouvernement provincial, moins de 1 % de son territoire vital est demeuré intact.

Les autorités ont réussi à freiner la chute abrupte des dernières années dans cette population en livrant une chasse intensive aux loups, ses principaux prédateurs, dont la population s'accroît dans la région.

La construction du refuge a d’abord été évoquée dans le plan de protection provincial des caribous en 2017, puis dans une ébauche d’accord entre la province et le gouvernement fédéral. La construction devrait débuter cet hiver, selon une note de service interne du ministère de l’Environnement.

Dans un courriel envoyé à Radio-Canada/CBC, le Ministère dit toutefois qu’aucune décision finale n’a été prise et que le refuge n’est qu’une des options envisagées en ce moment.

Selon l’organisme à but non lucratif Alberta Wilderness association, il s'agit d'une une très mauvaise option.

La spécialiste de la conservation de la faune Carolyn Campbell craint que cela ne soit une façon « de renforcer artificiellement la population », pendant que la destruction de son habitat naturel continue.

Cette manipulation de la vie sauvage, d’abord avec l'abattage de grande ampleur de loups, et maintenant avec cette solution, où on risque de domestiquer partiellement une population qui devrait être sauvage, cela peut coûter très cher.

Carolyn Campbell, spécialiste de la conservation de la faune, Alberta Wilderness Association

Carolyn Campbell se réjouit toutefois d’apprendre que le gouvernement conservateur semble vouloir aller de l’avant avec le plan de protection provincial rédigé en 2017.

Lancement de trois groupes de travail

Le gouvernement a annoncé, jeudi, qu’il mettra en place trois groupes de travail infrarégionaux, qui auront pour tâche de recommander des mesures au gouvernement pour protéger les populations de caribou locales.

Ces groupes seront, entre autres, composés de représentants municipaux, de communautés autochtones, d’organismes environnementaux et de membres des industries forestière et pétrolière.

Sur la carte de l'Alberta, des icônes représentent 15 populations de caribous. Trois zones de différentes couleurs représentent les aires sous la responsabilité des groupes de travail régionaux. Celles-ci recoupent le territoire de quatre populations de caribous, soit Narraway, Redrock-Prairie Creek, Cold Lake et Bistcho.

La mise en place de groupes de travail infrarégionaux fait partie du plan de protection des caribous du gouvernement provincial.

Photo : Radio-Canada

« Nous allons discuter avec des experts et les parties prenantes dans différents domaines [...] pour créer une solution propre à l'Alberta qui protégera les emplois et l’accès [à la nature] tout en assurant l’épanouissement à long terme des populations de caribous des bois », a déclaré le ministre de l’Environnement, Jason Nixon, par voie de communiqué.

Le groupe de travail de Cold Lake devrait produire un rapport d’ici la fin de l’année, celui de Bistcho Lake, au printemps prochain, et celui d’Upper Smoky, à l’automne 2020.

Alberta

Protection des espèces