•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vote autochtone, un enjeu important des élections manitobaines

Avec 220 000 personnes issues des communautés autochtones au Manitoba, les enjeux des Premières Nations ont une place importante dans les élections provinciales.

Photo : Radio-Canada / Rémi Authier

Radio-Canada

Alors que les populations issues des Premières Nations représentent une part importante de la population manitobaine, les questions autochtones s’invitent dans la campagne électorale des trois principaux partis politiques.

Les Autochtones ne sont pas une masse négligeable de l'électorat au Manitoba. Ils représentent 18 % de la population de la province, et 100 000 d’entre eux ont le droit de voter le 10 septembre.

La question des Premières Nations est d’autant plus singulière qu’un des partis en lice, le Nouveau Parti démocratique (NPD), est représenté par un Autochtone en la personne de Wab Kinew.

Cinq grands thèmes ressortent des questions autochtones dans ces élections : la pauvreté, la santé, l’environnement, les services de protection à l’enfance et la réconciliation.

Selon le professeur agrégé au département des études autochtones de l’Université du Manitoba, Niigan Sinclair, il existe également rapport compliqué entre le gouvernement du Manitoba et les Métis.

« Plusieurs accords avec les Métis ont été abrogés par ce gouvernement. C’est compliqué d’agir avec les Premières Nations en tant que gouvernement provincial quand on a déjà le fédéral qui est en relation avec ces groupes », explique-t-il.

Du côté des Métis, le problème est ailleurs, souligne-t-il. « Le gouvernement du Manitoba a un vrai problème avec la Fédération métisse et continue de les ignorer. »

Il ajoute par ailleurs qu’il existe « un problème de consultation vis-à-vis de certains projets qu’entreprend le gouvernement, notamment sur le sable de fracturation près du lac Manitoba ou la ligne de transmission Manitoba-Minnesota ».

Les partis promettent de faire plus

Le chef du NPD, Wab Kinew, affirme que les questions autochtones sont importantes pour lui et qu'il vise deux axes : la santé et l’économie.

« C’est important d’être un chef qui pourrait travailler avec [les communautés autochtones] pour faire avancer un système de santé accessible pour tout le monde au Manitoba et pour faire avancer l’économie », déclare-t-il.

Il espère que les mesures touchant les Premières Nations auront un effet sur l'ensemble des Manitobains.

« Si on arrive à améliorer la santé des Autochtones, cela va se répercuter sur l’ensemble de santé et donner un meilleur système pour l’ensemble des Manitobains. C’est la même chose pour l’économie », précise Wab Kinew.

Du côté conservateur, on affirme avoir également un objectif de développement économique.

« Nous voulons créer des occasions de développement économique pour les Premières Nations. Nous nous concentrons notamment sur le nord en créant des emplois avec l’exploitation minière », affirme le chef du parti, Brian Pallister.

Le chef conservateur soutient par ailleurs que son gouvernement a déjà entamé un travail de réconciliation et que la question autochtone l’a toujours accompagné.

« J’ai grandi près d’une réserve, affirme-t-t-il. J’ai une bonne compréhension des questions concernant les réserves parce que j’ai passé ma vie à les visiter. J’ai travaillé aux Relations Couronne-Autochtones à Ottawa pendant trois ans. J’ai visité plus de 150 Premières Nations. »

Chez les libéraux, Dougald Lamont assure que la question autochtone n’est pas oubliée.

« Il faut faire plus. Nous voulons être certains de travailler avec les Premières Nations. Nous sommes tous Manitobains. On a longtemps ignoré la souveraineté des Premières Nations », souligne-t-il.

Avec des informations de Patrick Foucault

Manitoba

Élections provinciales